Le prix de l’électricité passe ce dimanche à 12,25 euros/MWh et marquera plusieurs heures à 0 euro.

MADRID, 28 oct. (CALPA PARIS) –

Le prix moyen de l’électricité pour les clients au tarif réglementé liés au marché de gros augmentera ce dimanche de 89,9% par rapport à ce samedi, pour atteindre 12,25 euros par mégawattheure (MWh), bien qu’il sera une bonne partie de la journée à un prix minimum d’environ 0 euros/MWh.

Concrètement, tout au long de la journée de dimanche, il y aura un total de 14 heures à des niveaux de prix inférieurs à 10 euros/MWh et pendant quatre heures – entre 03h00 et 07h00 – le pool marquera 0 euros/MWh.

Le prix maximum de 64,21 euros/MWh sera enregistré entre 20h00 et 21h00, selon les données provisoires de l’opérateur du marché ibérique de l’énergie (OMIE) recueillies par Europa Press.

Le marché de l’électricité fixe ses prix au moyen d’un système marginaliste, ce qui signifie que la dernière et la plus coûteuse des technologies nécessaires pour couvrir la demande fixe le prix de toutes les autres. Cependant, les technologies de production dites infra-marginales – énergies renouvelables, nucléaire et hydroélectrique – entrent sur le marché à un prix nul, de sorte que lorsque leur production est suffisante pour couvrir toute la consommation attendue, le prix est fixé à zéro euro.

Dans ce cas, les dernières tempêtes, ainsi que la nouvelle tempête de ces jours-ci, font que la demande – plus faible le week-end que les jours ouvrables – est couverte essentiellement par les technologies renouvelables, principalement l’hydroélectricité et l’énergie éolienne.

Jusqu’à présent, en octobre, la moyenne du marché de l’électricité s’élève à 91,52 euros/MWh, par rapport aux 125,65 euros/MWh enregistrés par le pool au cours du même mois en 2022.

A lire aussi  La compagnie pétrolière argentine YPF réduit d'un tiers son bénéfice semestriel, qui s'établit à 656 millions d'euros

Au prix moyen du pool s’ajouterait la compensation aux compagnies de gaz, qui doit être payée par les consommateurs qui bénéficient de la mesure, les consommateurs du tarif réglementé (PVPC) ou ceux qui, bien qu’étant sur le marché libre, ont un tarif indexé, mais qui est à nouveau à 0 euros/MWh, une situation qui se répète depuis le 27 février.

La « dérogation ibérique » a été prolongée jusqu’au 31 décembre, suite à l’accord conclu par l’Espagne et le Portugal avec la Commission européenne. Elle a donc été prolongée de sept mois, jusqu’à la fin de cette année, et il n’est pas exclu qu’elle puisse être prolongée plus longtemps si ce cadre est également augmenté.

Plus précisément, l’accord ne représentait pas seulement une extension de la dérogation ibérique qui s’appliquait déjà, mais impliquait également certains ajustements pour l’accommoder, comme la référence de prix, qui était jusqu’alors augmentée de cinq euros par mois, et qui est devenue plus souple.

Dans l’accord initial, le prix de référence du gaz susmentionné avait une valeur moyenne de 48,8 euros/MWh : il était de 40 euros/MWh pendant six mois et augmentait ensuite de 5 euros/MWh chaque mois. Il a augmenté de 1,1 euro/MWh depuis avril dernier, pour s’établir à 65 euros/MWh.

Actuellement, le mécanisme n’a pas eu d’effet sur les processus d’appariement marginal sur les marchés de gros depuis la fin du mois de février en raison de la chute du prix du gaz naturel en dessous des seuils fixés pour son application, mais, si nécessaire, la prolongation permettra de maintenir un prix raisonnable, moins dépendant de l’évolution du gaz naturel.

A lire aussi  Creand Asset Management finalise sa fusion avec GBS Finance Investcapital

Auteur/autrice