Le programme de décarbonisation débutera en octobre avec une première ligne d’aide d’un milliard d’¤.

MADRID, 13 sept. (CALPA PARIS) –

Le Projet stratégique de redressement et de transformation économique (Perte) pour la décarbonisation industrielle débutera à la mi-octobre avec la publication de la première ligne d’aide d’un montant de 1 000 millions d’euros, selon le ministère de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, informé mercredi.

Cet appel à l’aide visera une action globale de décarbonisation et, sur les 1.000 millions d’euros alloués, 500 millions seront consacrés à des subventions et 500 millions à des prêts.

Pour le ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme par intérim, Héctor Gómez, « l’engagement du gouvernement dans la transformation de l’industrie est impeccable, incontestable et ferme, et il est à la hauteur des défis que le secteur et la société exigent ».

Le ministre de l’Industrie a souligné qu’avec ce permis, le gouvernement remplit son engagement « d’accompagner l’industrie dans son processus de décarbonisation afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre et d’améliorer son efficacité énergétique ».

« Ce Perte permettra de moderniser notre industrie pour réussir la transition écologique en favorisant l’utilisation des énergies renouvelables, en protégeant l’environnement et en s’orientant vers une économie circulaire », a-t-il ajouté.

Le ministère a souligné que depuis la présentation du Perte de décarbonisation le 17 février, il a tenu de nombreuses réunions avec le secteur industriel afin de sonder l’intérêt pour la soumission de projets.

Après ces mois de consultation, plus de 100 entreprises ont manifesté leur volonté de présenter des projets qui pourraient représenter plus de 11 milliards d’euros d’investissements privés, selon le ministère.

A lire aussi  San José et Aceinsa élargissent l'A-67 en Cantabrie pour 143 millions d'euros

Le développement de ce Perte prévoit un investissement public de 3,1 milliards d’euros et la création de quelque 8 000 emplois. La majeure partie du financement proviendra de l’addendum au plan de relance approuvé par le gouvernement, qui est en cours de négociation avec la Commission européenne et devrait bientôt recevoir le feu vert de Bruxelles.

De toutes les pertes, la décarbonisation est celle qui reçoit le montant le plus important, avec 2,72 milliards d’euros prévus (1,7 milliard sous forme de prêts et 1,02 milliard sous forme de transferts directs).

Le Perte comporte des lignes d’aide à l’action intégrée pour la décarbonisation, l’aide aux entreprises manufacturières participant à l’IPCEI sur la chaîne industrielle de l’hydrogène renouvelable, l’étude sur le développement d’un fonds de soutien aux contrats de compensation carbone et une ligne d’aide au développement de nouvelles installations manufacturières hautement efficaces et décarbonisées.

Les bénéficiaires de cette subvention sont les secteurs de l’industrie manufacturière, y compris le secteur de la fabrication de produits minéraux non métalliques (y compris la céramique, le ciment, le verre, etc.), l’industrie chimique, le raffinage du pétrole, la métallurgie et la fabrication de pâte à papier et de papier.

En outre, il existe de grandes installations de combustion dans d’autres secteurs, en particulier dans l’industrie alimentaire et des boissons. Les actions prévues seront mises en œuvre entre 2023 et 2026, bien que les projets puissent être achevés plus tard.

Auteur/autrice