Le PSOE promet des incitations pour les familles dans le cadre de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et le maintien des impôts sur les banques et les compagnies d’énergie en cas de bénéfices supplémentaires.

MADRID, 7 juillet (CALPA PARIS) –

Le PSOE a promis, dans le cadre de son programme électoral, d’améliorer les incitations pour les enfants et pour la dépendance et les soins, tant dans l’impôt sur le revenu des personnes physiques que dans les politiques de dépenses, et envisage de maintenir les impôts sur les banques et les entreprises énergétiques « si des bénéfices extraordinaires continuent d’être réalisés ».

Dans son programme, le parti dirigé par Pedro Sánchez s’est fixé pour objectif de développer une réforme fiscale destinée aux familles et coordonnée avec la politique de dépenses sociales. À cette fin, il propose d’améliorer les incitations pour les enfants et pour la dépendance et les soins, tant dans l’impôt sur le revenu des personnes physiques que dans les politiques de dépenses.

En ce qui concerne cet impôt, les socialistes proposent également d’augmenter le minimum pour les descendants et les personnes dépendantes dans l’impôt sur le revenu des personnes physiques afin de soutenir les familles avec enfants, de stimuler le taux de natalité et d’aider à la prise en charge des personnes âgées et des personnes dépendantes.

Dans le domaine des entreprises, les socialistes veulent promouvoir une amélioration de la fiscalité des indépendants et des PME, en augmentant les incitations pour encourager leur engagement dans la transition écologique et numérique.

LES TAXES SUR LES BANQUES ET LES ENTREPRISES DU SECTEUR DE L’ÉNERGIE FACE AUX « PROFITS EXTRAORDINAIRES ».

Le gouvernement de Pedro Sánchez a imposé des taxes temporaires aux banques et aux entreprises énergétiques pour les années 2022 et 2023 afin de faire face aux conséquences économiques de la guerre en Ukraine.

A lire aussi  Cinven et Label Investments vendent Planasa au groupe allemand EW pour environ 900 millions de dollars

L’impôt temporaire sur les banques est prélevé à 4,8 % sur les intérêts et les commissions de toutes les entités qui facturent plus de 800 millions en 2019 et l’impôt affectera l’activité que les entités réalisent en Espagne.

Pour sa part, la taxe sur l’énergie prélève 1,2 % sur le chiffre d’affaires des entreprises énergétiques dont le chiffre d’affaires est supérieur à 1 000 millions en 2019. Les recettes provenant des activités réglementées sont exclues du chiffre d’affaires soumis à la taxe.

Ainsi, la taxe n’affecte pas les revenus dont la fourniture est à un prix réglementé, comme c’est le cas du PVPC pour l’électricité, du tarif de dernier recours (TUR) pour le gaz, le GPL en bouteille et le GPL en canalisation.

S’il remporte les élections, le PSOE a l’intention d’évaluer les prélèvements temporaires établis sur les banques et les compagnies d’énergie et garantira leur maintien si des bénéfices extraordinaires continuent d’être réalisés.

METTRE FIN À LA « CONCURRENCE FISCALE DÉLOYALE » DE LA CCAA SUR LE PATRIMOINE

Quant à l’Impôt de solidarité temporaire sur les grandes fortunes – qui est prélevé en 2022 et 2023 pour être collecté en 2023 et 2024 – les socialistes soulignent qu' »ils l’évalueront » et, si nécessaire, ils entendent faire avancer le débat sur la fiscalité du patrimoine dans le cadre du modèle de financement régional pour mettre fin à la « concurrence fiscale déloyale » entre les territoires.

Le taux de cet impôt temporaire est de 1,7 % pour les patrimoines compris entre 3 et 5 millions d’euros ; de 2,1 % pour les patrimoines compris entre 5 et 10 millions d’euros ; et de 3,5 % pour les patrimoines supérieurs à 10 millions d’euros.

A lire aussi  L'AIReF estime que le PIB augmentera de 1 % au deuxième trimestre et qu'il aura déjà retrouvé son niveau d'avant la pandémie.

PROMOUVOIR UN PACTE D’ETAT CONTRE LA FRAUDE FISCALE

Le PSOE a également proposé de promouvoir un pacte d’État contre la fraude fiscale. « Nous parviendrons à un consensus avec toutes les forces politiques, les agents sociaux et les professionnels de la fiscalité sur un plan d’action contre la fraude, l’évasion et la dissimulation fiscales. Et nous continuerons à renforcer et à moderniser les ressources et le personnel de l’Agence fiscale », indique le programme.

En outre, les socialistes continueront à promouvoir l’émergence et la régularisation de l’économie souterraine, en renforçant les mécanismes de régularisation de l’économie souterraine et la lutte contre la fraude, afin d’avoir un « système fiscal plus solide et plus juste, éliminant les avantages compétitifs de ceux qui abusent du système ».

Enfin, le PSOE souhaite lancer un outil personnalisé pour que chaque Espagnol sache exactement à quoi servent les impôts qu’il paie, afin que les citoyens puissent juger par eux-mêmes de l’importance de payer des impôts pour soutenir l’État-providence.

Ainsi, dans le but de continuer à améliorer le respect des obligations fiscales, l’Agence fiscale mettra en place un plan complet d’information et d’assistance aux contribuables, dans lequel le service aux citoyens et l’amélioration de la communication administrative seront prioritaires.

Auteur/autrice