Les agents immobiliers prévoient un second semestre sur le marché du logement « à la merci » de la BCE

Le Conseil général de l’agence prévoit que le marché du logement suivra la même tendance que jusqu’à présent en 2023.

MADRID, 16 (CALPA PARIS)

Le Conseil général des associations officielles d’agents immobiliers d’Espagne prévoit qu’au second semestre 2023, le marché du logement sera « à la merci des effets de l’incertitude politique et économique, ainsi que des orientations monétaires de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d’Espagne ».

L’agence souligne que le marché du logement continuera d’évoluer selon la même tendance qu’au cours de la première partie de l’année, notamment en raison du résultat du 23-J.

Cependant, l’achat de biens immobiliers dépendra de la politique monétaire, étant donné qu’un pourcentage élevé de ces biens provient du financement bancaire des familles.

De même, comme l’affirme Ángel Martínez León, membre du Conseil général, « l’été a été marqué par l’incertitude politique et, par conséquent, par un certain degré d’instabilité économique, ce qui est préjudiciable à n’importe quel marché ».

Dans ce contexte, l’organisation souligne que « les prix des logements au cours du premier semestre ont stagné en raison de la hausse des taux d’intérêt, ce qui a un impact sur les poches des consommateurs et des familles ».

Les zones les moins touchées par la baisse des transactions seront les grandes capitales provinciales et leurs zones métropolitaines respectives : Madrid, Barcelone, Valence, Malaga, Séville, Saragosse, Murcie et Bilbao.

En revanche, c’est dans les zones où la demande d’achat ou de location de logements est la plus faible qu’elle se fera le plus sentir, car c’est là que la hausse du coût de l’argent et la difficulté d’accès au financement auront le plus d’effet.

A lire aussi  Les renégociations de prêts hypothécaires atteignent des niveaux record à la suite d'une hausse sans précédent des taux d'intérêt

Auteur/autrice