Les élections anticipées resserrent le calendrier de mise en œuvre des fonds européens

Le gouvernement approuvera mardi l’addendum au plan de relance pour l’envoyer à Bruxelles, dans le respect des délais.

MADRID, 4 juin (CALPA PARIS) –

La convocation d’élections générales anticipées le 23 juillet met l’accent sur la mise en œuvre des étapes et des objectifs du plan de redressement, de transformation et de résilience, dont la date limite d’engagement de l’aide non remboursable est fixée au 31 décembre de cette année.

« Les règles du règlement européen sont très claires », ont déclaré des sources du gouvernement espagnol à Europa Press. Jusqu’à présent, l’Espagne a reçu 37 036 millions d’euros, soit l’équivalent de 53 % du montant total qui lui correspond sous forme de transferts non remboursables, qui s’élève à 69 528 millions d’euros dans le cadre du plan de relance.

Jusqu’en 2023, la feuille de route du Plan prévoit deux autres versements de 10 milliards d’euros et 7 milliards d’euros de fonds européens. L’exécutif assure qu’il demandera « dès que possible » le quatrième versement de ces ressources de 10.000 millions à l’achèvement de la deuxième partie de la réforme des retraites.

Ensuite, les décaissements seront complétés par trois versements annuels de 8 milliards d’euros en juin 2024, 3,5 milliards d’euros en juin 2025 et 4 milliards d’euros en décembre 2026.

Mais avant cela, le 31 décembre de cette année est la date limite pour l’engagement de l’aide non remboursable. Selon le dernier rapport d’exécution, publié en février, l’Espagne aurait exécuté 75 % des fonds européens prévus dans les budgets 2021 et 2022, tandis que 90 % des crédits auraient été autorisés et 81 % engagés.

A lire aussi  La demande de nouvelles constructions reste insensible à la hausse des taux, selon Engel & Völkers

De plus, selon le responsable des affaires économiques, le déploiement de ces fonds se serait notamment accéléré au premier trimestre 2023, avec plus de 10 757 millions d’euros autorisés. Ce volume de fonds autorisés équivaut à près de 40% des 28,692 milliards d’euros budgétés pour l’ensemble de l’année 2023.

APPROBATION DE L’ADDENDUM AU PLAN LA SEMAINE PROCHAINE

Depuis des mois, le gouvernement organise des réunions avec les gouvernements régionaux, les groupes parlementaires et les acteurs sociaux pour élaborer l’avenant au Plan de relance, qui mobilisera 7,7 milliards d’euros supplémentaires en transferts et 84 milliards d’euros en prêts, qui s’ajouteront aux 70 milliards d’euros de la première phase du Plan.

À la fin de l’année, la ministre de l’Économie, Nadia Calviño, a présenté un premier projet de cet addendum, sur lequel le gouvernement travaille toujours dans le but d’approuver sa version finale et formelle mardi prochain pour l’envoyer à Bruxelles. Selon le règlement, la date limite de présentation de cet addendum est fixée au 31 août de cette année.

Mais l’Espagne a déjà formellement présenté la demande de prêts à la Commission européenne. Avec ces ressources et les transferts supplémentaires, le gouvernement entend concentrer les investissements et les réformes sur le renforcement de l’industrialisation et de l’autonomie stratégique dans les domaines de l’énergie, de l’agroalimentaire, de l’industrie, de la technologie et du numérique, en renforçant les investissements dans les 12 projets stratégiques (Perte) déjà approuvés et en cours de réalisation.

A lire aussi  Colgate-Palmolive a gagné 669,2 millions d'euros au troisième trimestre, soit une hausse de 14,6 %.

En outre, le premier vice-président a déjà avancé que les nouveautés de cette version finale de l’avenant incluront un fonds d’un milliard d’euros pour la « modernisation et la durabilité » du secteur du tourisme.

Auteur/autrice