Les États-Unis ont enregistré une croissance de 0,5 % au deuxième trimestre, soit moins que prévu.

MADRID, 30 août (CALPA PARIS) –

Le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis a enregistré une croissance de 0,5 % au deuxième trimestre de l’année, ce qui représente un taux d’expansion similaire à celui des trois premiers mois de 2023 et inférieur d’un dixième à l’estimation préliminaire, selon le Bureau d’analyse économique du département du Commerce.

En termes purement annualisés, la manière préférée du Bureau de présenter les données, le PIB américain a accéléré son expansion au deuxième trimestre à 2,1 % contre 2 % au premier trimestre. Toutefois, cette deuxième lecture des données implique une révision à la baisse de trois dixièmes de point de pourcentage par rapport à l’estimation préliminaire.

Le Département du Commerce a souligné que la révision à la baisse de l’augmentation du PIB réel au deuxième trimestre reflète des ajustements à la baisse de l’investissement en stocks privés et de l’investissement fixe non résidentiel qui ont été partiellement compensés par des révisions à la hausse des dépenses des gouvernements étatiques et locaux, tandis que les importations ont été révisées à la hausse.

La semaine dernière, depuis Jackson Hole, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a averti que la banque centrale américaine surveillait les signes indiquant que l’économie ne se refroidit pas comme prévu, étant donné que, depuis le début de l’année, la croissance du PIB a dépassé les attentes, tandis que le taux d’inflation « reste trop élevé », de sorte que la banque centrale américaine est prête à augmenter les taux d’intérêt si nécessaire.

Le Federal Open Market Committee (FOMC) de la Fed, l’organe qui définit la politique monétaire américaine, doit se réunir à nouveau les 19 et 20 septembre.

A lire aussi  L'Algérie consolide sa position de premier fournisseur de gaz naturel de l'Espagne jusqu'en juillet, devant la Russie

Lors de sa réunion de juillet, la banque centrale américaine a décidé à l’unanimité d’approuver une hausse des taux d’intérêt de 25 points de base pour atteindre une fourchette cible de 5,25 % à 5,50 %, son niveau le plus élevé depuis janvier 2001.

Auteur/autrice