Les fonctionnaires bénéficieront d’une augmentation de salaire supplémentaire allant jusqu’à 0,5 % en octobre, avec effet rétroactif au mois de janvier

L’INE doit communiquer les données préliminaires de l’IPCH au Trésor et l’augmentation sera approuvée par le Conseil des ministres.

MADRID, 28 Sep. (CALPA PARIS) –

Les salaires des fonctionnaires augmenteront de 0,5 % au maximum en octobre prochain, avec effet rétroactif à partir de janvier 2023, à la suite des derniers chiffres de l’inflation, qui ont estimé le taux de variation annuel de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) à 3,2 % en septembre.

Cette augmentation salariale est le résultat de l’accord-cadre pour une administration du 21e siècle, signé par les syndicats CCOO et UGT avec le gouvernement au sein du Comité général des administrations publiques.

Selon cet accord, les salaires des fonctionnaires augmenteront d’un taux fixe de 2,5 % en 2023, avec la possibilité de deux augmentations variables de 0,5 % chacune. La première sera appliquée si l’IPC harmonisé en 2022 et 2023 – jusqu’en septembre selon le chiffre avancé – dépasse 6 %, et la seconde variable de 0,5 % sera appliquée si le PIB nominal en 2023 dépasse celui prévu par le gouvernement (2,1 %).

Selon des sources du ministère des Finances et de la Fonction publique qui se sont confiées à Europa Press, l’Institut national de la statistique (INE) doit maintenant communiquer officiellement ses données au ministère, puis au Conseil des ministres.

Auparavant, des sources syndicales ont confirmé à Europa Press que le comité de suivi de l’accord-cadre se réunira cet après-midi – en présence du gouvernement et des syndicats signataires CCOO et UGT – pour aborder cette question.

Après la confirmation ce jeudi que pour le mois de septembre le taux de variation annuel estimé de l’IPCA s’élève à 3,2%, l’indicateur cumulé depuis 2022 (5,5%) dépasse les 6%, ce qui devrait produire cette nouvelle augmentation maximale de 0,5% du salaire des fonctionnaires en octobre, qui sera rétroactive à partir du mois de janvier 2023.

A lire aussi  Afterbanks Arcopay (Indra) s'associe à Finnovating pour étendre ses solutions de banque ouverte

En outre, en 2023, si l’augmentation du PIB nominal est égale ou supérieure à celle estimée dans le tableau macroéconomique accompagnant le budget général de l’État (2,1 %), une nouvelle augmentation de 0,5 % sera appliquée.

AUTRE AUGMENTATION SUPPLÉMENTAIRE POSSIBLE DE 0,5 % SI LE PIB CONTINUE DE CROÎTRE

Cette éventuelle augmentation complémentaire en 2023, de nature consolidable, prendrait effet le 1er janvier 2023 et il est très probable qu’elle se produise, étant donné que le gouvernement lui-même a déjà annoncé que le PIB augmenterait au-delà de l’estimation officielle (2,1 %), ce qui est corroboré par les organisations nationales et internationales qui ont révisé leurs estimations à la hausse, dans la plupart des cas au-delà de la prévision de 2,1 %.

Pour l’année 2024, l’augmentation du salaire fixe sera de 2 %, sur la base de la rémunération déjà augmentée l’année précédente.

En plus de l’augmentation fixe pour l’année 2024, si la somme de la variation de l’IPCH pour les années 2022, 2023 et 2024 dépasse l’augmentation fixe cumulée de la rémunération pour 2022, 2023 et 2024 établie dans les paragraphes précédents, une augmentation supplémentaire et consolidable de la rémunération de 0,5 % sera appliquée. Cette augmentation supplémentaire prendrait effet le 1er janvier 2024.

Il convient de rappeler que l’accord, publié au Journal officiel de l’État (BOE) en octobre de l’année dernière, prévoyait pour 2022 une augmentation fixe des salaires de 3,5 %, compte tenu de l’augmentation de 2 % déjà approuvée dans la loi 22/2021, du 28 décembre, sur le budget général de l’État pour cette année.

A lire aussi  Selon Capgemini, le nombre de personnes riches en Espagne diminuera de 3,7 % en 2022, pour atteindre 237 400 personnes.

Auteur/autrice