Les prix des logements ont augmenté de 5,3 % en août en glissement annuel, selon Tinsa.

MADRID, 6 sept. (CALPA PARIS) –

Le prix des logements en Espagne a maintenu en août la tendance à la stabilisation du marché résidentiel, avec une légère baisse de 0,1% par rapport à juillet, bien qu’il ait enregistré une augmentation de 5,3% par rapport au même mois de 2022, comme le révèlent les statistiques Tinsa IMIE General and Large Markets.

La directrice du service de recherche de Tinsa, Cristina Arias, a expliqué que l’évolution des prix des logements continue de s’inscrire dans un contexte de décélération et de tendance à la stabilisation, le mois d’août étant un mois « où le nombre de transactions de logements a tendance à se modérer ».

Selon l’indice du mois d’août, le prix moyen en Espagne est inférieur de 19,3 % aux sommets atteints entre 2007 et 2008, après avoir augmenté de 37 % depuis qu’il a atteint sa valeur minimale après la crise financière, il y a huit ans.

L’analyse par zone montre la même tendance au maintien des prix que la moyenne nationale.

Plus précisément, les îles et les zones métropolitaines sont les groupes où la valeur moyenne a augmenté le plus en rythme mensuel, à peine 0,3% et 0,2%, respectivement.

Pour leur part, les localités plus petites et l’intérieur de la péninsule ainsi que les capitales et les grandes villes ont enregistré de légères baisses de 0,4 % et 0,1 % par rapport au mois de juillet.

En glissement annuel, les variations les plus importantes par rapport à août 2022 se situent dans les îles et les zones métropolitaines’ à environ 7%, à l’effet de base généré par l’ajustement à la baisse enregistré un an plus tôt.

A lire aussi  Coface gagne 128,8 millions d'euros au premier semestre, soit une baisse de 4,4%.

De même, dans les capitales et grandes villes et sur la côte méditerranéenne, l’augmentation par rapport à août 2022 est d’environ 5 %.

En revanche, les localités plus petites limitent la différence par rapport à l’année précédente à 1,9 %.

Tinsa a précisé que les prévisions pour la dernière partie de l’année sont « modérément optimistes », étant donné que « l’emploi a continué à résister en août, avec des augmentations en termes corrigés des variations saisonnières, et l’évolution de l’IPC général au cours des derniers mois a permis de commencer à restaurer le pouvoir d’achat des ménages ».

Arias a également expliqué que « c’est un bon point de départ pour la solvabilité et la confiance des ménages face à une dernière partie de l’année où l’on s’attend à un ralentissement de l’économie ».

Auteur/autrice