Les salaires en Allemagne ont augmenté à un rythme record de 6,6 % au deuxième trimestre

MADRID, 29 août (CALPA PARIS) –

Les salaires nominaux des travailleurs allemands ont enregistré une augmentation annuelle de 6,6 pour cent au deuxième trimestre 2023, la plus forte augmentation sur un trimestre depuis le début de la série chronologique en 2008, selon les données fournies par l’Office fédéral de la statistique (Destatis).

Ainsi, en tenant compte du fait que le taux d’inflation était de 6,5 % au cours de la même période, les salaires ont enregistré une augmentation réelle de 0,1 % par rapport à la même période de l’année dernière, ce qui constitue la première amélioration en deux ans, car la dernière fois que la croissance des salaires nominaux a dépassé l’inflation, c’était au deuxième trimestre 2021, avec une croissance réelle de 3,2 %.

« La forte croissance des salaires nominaux et l’évolution quelque peu modérée de l’inflation en comparaison ont conduit à cette légère croissance des salaires réels au deuxième trimestre 2023 », explique Destatis.

Il note que les versements de primes de compensation de l’inflation, qui peuvent s’élever jusqu’à 3 000 € et impliquent un avantage volontaire de l’employeur, ainsi que l’effet positif lié à l’augmentation du salaire minimum à 12 € de l’heure en octobre 2022, y ont également contribué.

Par secteur professionnel, les données soulignent la hausse particulièrement importante dans le secteur de l’hôtellerie, avec une augmentation nominale des salaires de 12,6 % par rapport au 2e trimestre 2022, devant les 11,9 % observés dans les arts, spectacles et activités récréatives, tandis que les salariés des secteurs du transport et de l’entreposage ont bénéficié d’une augmentation nominale des salaires de 10 % au 2e trimestre 2023.

A lire aussi  70 % des cadres pensent que la numérisation aura un impact négatif sur les salaires, selon Gi Group Holding.

Destatis souligne les effets de convergence dans ces augmentations, sachant que les secteurs ayant connu les plus fortes hausses ont été particulièrement touchés par le confinement et la réduction du travail lors de la pandémie de Covid.

Ainsi, un examen détaillé de tous les secteurs montre que le niveau d’avant la crise, mesuré par l’indice des salaires nominaux au deuxième trimestre 2019, s’est rétabli dans la quasi-totalité, sauf dans les départements économiques de la construction automobile, de la construction d’autres véhicules et de l’aviation.

Auteur/autrice