L’Ibex 35 commence le mois de septembre avec une baisse de 0,59%, bien qu’il soit en hausse de 1,18% sur la semaine.

MADRID, 1 Sep (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a clôturé le premier jour de septembre avec une baisse de 0,59 %, ce qui lui a fait perdre la barre des 9 500 points qu’il détenait depuis mardi, bien qu’il ait réussi à gagner 1,18 % au cours de la semaine, terminant à 9 449,6 points, en hausse par rapport aux 9 338,9 points où il avait terminé la semaine dernière.

La principale référence aujourd’hui a été le rapport sur l’emploi non agricole aux États-Unis, qui a montré une création d’emplois en août de 187 000, un chiffre plus élevé que les 157 000 nouveaux emplois créés en juillet, bien que le taux de chômage ait augmenté de trois dixièmes de point à 3,8 %. Ainsi, le marché du travail américain continue de montrer des signes de vigueur, avec 32 mois consécutifs de création d’emplois.

Par ailleurs, il a été annoncé aujourd’hui que l’activité manufacturière dans la zone euro s’est améliorée en août, bien qu’elle reste en territoire de récession pour le 14e mois consécutif, selon l’indice PMI. En Espagne, cette activité s’est détériorée pour le cinquième mois consécutif et est tombée à son niveau le plus bas depuis le début de l’année, toujours selon l’indice PMI, qui est tombé à 46,5 points contre 47,8 points le mois précédent.

Dans la zone euro, les données manufacturières de l’Allemagne, de la France et de l’Italie ont montré une certaine amélioration, bien que toujours dans la zone de contraction ; de plus, le PIB de l’Italie au deuxième trimestre de cette année a montré une baisse de 0,4 %.

A lire aussi  Aramco achète une participation de 10 % dans Rongsheng Petrochemical pour 3,056 milliards d'euros

En Chine, en revanche, on a appris tôt ce matin que l’activité manufacturière en août, selon le Caixin PMI, est redevenue positive après une amélioration plus importante que prévu et a atteint son plus haut niveau en six mois, ce qui favoriserait une meilleure reprise de l’économie du géant asiatique.

Justement dans ce pays, sa banque centrale a effectué ce vendredi une opération de prise en pension ou ‘repo’ par laquelle elle a injecté 101.000 millions de yuans (environ 12.838 millions d’euros) aux banques pour augmenter leur liquidité, tandis qu’elle a annoncé qu’elle réduirait de deux points, à 4%, le taux de réserves obligatoires de devises étrangères pour les institutions financières, une mesure qui sera appliquée à partir du 15 septembre.

L’analyste de XTB Adrián Hostaled a souligné que les données publiées au cours de la semaine ont été mitigées, mais « tièdes », et n’ont pas réussi à lever les doutes des investisseurs, ce qui a entraîné des fluctuations du marché.

Aujourd’hui, Repsol (+3,45%), ArcelorMittal (+2,26%), Acerinox (+0,73%), Cellnex (+0,65%), Grifols (+0,28%), Mapfre (+0,26%), Telefónica (+0,10%) et Meliá (+0,08%) ont été les valeurs positives du tableau. En revanche, les autres ont clôturé sur une note négative, notamment Santander (-2,29%), Acciona Energía (-1,82%), Solaria (-1,67%), IAG (-1,53%), Colonial (-1,52%) et Merlin (-1,51%).

En ce qui concerne le reste des marchés sélectifs européens, le FTSE 100 à Londres a été le seul à terminer dans le « vert », avec un gain de 0,24%, tandis que le DAX à Francfort a clôturé avec une baisse de 0,67%, le FTSE MIB à Milan, 0,63% et le CAC 40 à Paris, 0,27%.

A lire aussi  Nadia Calviño reçoit la médaille de la Foreign Policy Association pour son engagement en faveur du multilatéralisme

Par ailleurs, le prix du baril de Brent, référence pour le Vieux Continent, a progressé de 1,34% à 88 dollars, tandis que le brut texan était à 85,00 dollars, en hausse de 1,64%.

Sur le marché des devises, l’euro face au dollar est tombé à 1,0789 « billet vert », tandis que sur le marché de la dette, le taux d’intérêt sur l’obligation espagnole à 10 ans a augmenté à 3,563% et la prime de risque s’est établie à 101 points de base.

Auteur/autrice