L’Ibex 35 progresse de 0,7 % sur la semaine, mais ne parvient pas à se maintenir au niveau des 9 500 points.

MADRID, 11 août (CALPA PARIS) –

L’Ibex 35 a terminé la semaine avec une hausse de 0,7% à 9 434,3 points, reprenant sa tendance à la hausse après avoir chuté de 3,27% la semaine dernière en raison de la dégradation de la note de crédit des États-Unis par Moody’s.

L’indice principal du marché espagnol a ainsi gagné 65,9 points, pour s’établir aux 9 434,3 points susmentionnés, près des sommets de l’année qu’il a atteints il y a quinze jours, à la limite des 9 700 points. Depuis le début de l’année, l’indicateur a progressé de 14,65 %.

La semaine a été marquée par deux événements : l’annonce par le gouvernement italien d’une taxe sur les profits bancaires exceptionnels et le rebond de l’inflation américaine en juillet, plus faible que prévu par les analystes.

Le gouvernement italien a annoncé mardi dernier une taxe de 40% sur les bénéfices extraordinaires des banques, ce qui a provoqué une forte baisse des marchés européens, plombés par les valeurs bancaires, même si le lendemain le gouvernement a fait marche arrière et a limité la taxe sur les revenus extraordinaires à 0,1% des actifs de chaque banque, ce qui a généré un rebond significatif dans la grande majorité du secteur, a indiqué Manuel Pinto, analyste chez XTB.

Le lendemain, les marchés boursiers ont été poussés à la hausse par le chiffre de l’inflation américaine pour le mois de juillet qui, bien qu’il ait rebondi à 3,2 %, a été inférieur aux prévisions du consensus et a incité les investisseurs à penser qu’il n’y aurait plus de hausse des taux d’intérêt, a rappelé M. Pinto, de sorte que l’Ibex a réussi à clôturer à la barre des 9 500 points.

A lire aussi  Le fonds français Antin lance une offre publique d'achat sur Opdenergy pour 866 millions, avec une prime de 46%.

Cependant, l’Ibex – ainsi que ses homologues européens – a enregistré une correction vendredi après l’annonce que l’indice des prix à la consommation (IPC) en Espagne a augmenté de 0,2 % en juillet par rapport au mois précédent et a augmenté son taux annuel de quatre dixièmes à 2,3 %, principalement en raison de la hausse des prix des carburants et de l’augmentation des prix des aliments, qui ont augmenté de cinq dixièmes à 10,8 %.

Néanmoins, le volume de transactions typique des périodes de vacances a été visible au cours de la semaine, l’Ibex enregistrant moins de 100 millions d’actions échangées lundi et mercredi.

Dans ce contexte, lors de l’analyse de la performance hebdomadaire, Fluidra (+4,1 %) ; BBVA (+3,7 %) ; Rovi (+3,31 %) ; Telefónica (+2,8 %), qui a conclu un accord commercial avec Starlink, propriété d’Elon Musk, et Repsol, qui a ajouté 2,47 % grâce à la hausse du pétrole brut sur les marchés internationaux (le baril de Brent a augmenté de plus de 1 % et a clôturé la semaine à environ 87 dollars, le plus haut depuis novembre 2022).

À l’autre extrême, le titre le plus baissier cette semaine a été ArcelorMittal (-2,19%), en raison du ralentissement de l’économie asiatique, a déclaré Pinto ; suivi par Inmobiliaria Colonial (-2,11%) et Acciona et Merlin Properties (-1,89% chacun).

Dans le panorama européen, seul Paris, comme Madrid, a réussi à augmenter de 0,34% au cours de la semaine, tandis que Londres a perdu 0,52% ; Francfort 0,75% et Milan 1,09%.

Sur le marché des matières premières, outre le Brent, le baril de pétrole brut du Texas (WTI Intermediate) a augmenté de 1% à 83,67 dollars, tandis que le gaz naturel TTF a clôturé avec une hausse de 20% à 35,7 euros par mégawatt (MWh), bien qu’il ait atteint près de 40 euros au cours de la semaine, en raison de la grève probable des travailleurs dans deux gisements de gaz en Australie.

A lire aussi  Le bénéfice d'Iberpapel pour la période janvier-septembre a été multiplié par cinq, pour atteindre près de 35 millions d'euros.

En ce qui concerne les devises, l’euro s’est apprécié de 0,13 % au cours de la semaine par rapport au billet vert, à 1,0963 dollar, tandis que l’intérêt sur la dette espagnole à long terme a clôturé à 3,626 % après avoir ajouté quatre points de base par rapport à la clôture de vendredi dernier et que la prime de risque (l’écart avec l’obligation allemande) s’est établie à 100,6 points.

BAISSE DE 0,71% LORS DE LA DERNIÈRE SÉANCE

L’Ibex a enregistré ce vendredi une correction de 0,71%, à 9.434,3 points, après le fort rebond de jeudi – en hausse de 1,58% – avec presque tous ses composants clôturant en pertes.

Le marché espagnol a subi des pertes tout au long de la séance, bien qu’elles aient été plutôt légères et aient permis au sélectif de rester proche des 9 500 points jusqu’à l’ouverture de Wall Street (ses indices se négociaient avec un signe irrégulier à l’heure de fermeture vendredi), moment où les baisses se sont intensifiées.

Aux Etats-Unis justement, on a publié vendredi que la production industrielle en juillet, en glissement annuel, a augmenté plus que prévu, de 0,8 %, bien que la confiance des consommateurs dans le Michigan en août se soit détériorée moins que prévu.

Dans ce contexte, les plus grandes baisses de l’Ibex lors de la session de vendredi ont été Fluidra (-2,11 %) ; Merlin Properties (-1,89 %) ; Acciona (-1,71 %) ; Solaria Energia (-1,7 %) ; Colonial (-1,68 %) et Inditex (-1,54 %).

A lire aussi  Le PMI espagnol s'est maintenu en septembre et suggère une expansion de 0,1 % au troisième trimestre.

D’autre part, seuls quatre titres ont clôturé la journée avec des gains : ACS (+0,09%) ; BBVA (+0,2%) ; Caixabank (+0,34%) et Bankinter (+1,43%).

Les autres indices européens ont également connu des baisses plus ou moins importantes ce vendredi (ce qui a fait baisser la plupart d’entre eux dans le calcul hebdomadaire) : Francfort a baissé de 1,03% ; Milan de 1,05% ; Londres de 1,24% et Paris de 1,26%.

LES CLÉS DE LA SEMAINE PROCHAINE

La semaine prochaine, l’accent sera mis sur les données relatives à l’inflation en Europe, qui devraient être déterminantes pour les prochaines étapes de la Banque centrale européenne (BCE), tandis qu’au Royaume-Uni, ces mêmes résultats seront publiés mercredi, a déclaré Manuel Pinto.

Aux États-Unis, les permis de construire et le compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale (Fed) seront publiés mercredi, tandis que les ventes au détail seront publiées la veille.

Au niveau des entreprises, alors que la saison des résultats est sur le point de s’achever, la présentation des résultats d’entreprises telles que Home Depot et Walmart se distinguera, ce qui pourrait nous donner des indications sur l’évolution et les attentes futures en matière de consommation et de dépenses réelles des ménages, a souligné M. Pinto.

Auteur/autrice