Lidl, la chaîne à la croissance la plus rapide jusqu’à présent en 2023, tandis que Mercadona consolide sa position de leader

Une « guerre des prix » est attendue dans le commerce de détail pour le dernier trimestre de l’année, coïncidant avec la campagne de Noël.

MADRID, 20 sept. (CALPA PARIS) –

Lidl est devenue la chaîne de magasins qui a connu la plus forte croissance au cours des huit premiers mois de l’année, avec une augmentation de 0,6 point par rapport à l’année dernière, tandis que Mercadona consolide son leadership en tête du secteur en Espagne, selon les données du rapport « Balance de la distribution » de Kantar Worldpanel.

Plus précisément, la croissance de Lidl s’est produite au cours du premier trimestre de l’année après avoir gagné des affaires sur tous ses concurrents, mais surtout sur Mercadona, selon l’analyse. Le tout dans un contexte positif pour la distribution, qui croît globalement de 7,8% (à l’intérieur et à l’extérieur du domicile), sous l’effet de l’inflation.

Selon le rapport, Mercadona, après un début d’année difficile, s’est redressée et a renoué avec la croissance en avril, coïncidant avec l’annonce de la baisse des prix de 500 produits, ce qui lui a permis d’atteindre une part de 26,1 %, soit 0,3 point de plus qu’il y a un an.

« La communication de Mercadona montre que la réponse des consommateurs aux actions sur les prix n’est pas basée sur des critères purement rationnels et que l’important est de travailler sur la perception, où la promotion et sa communication jouent un rôle clé », a déclaré Bernardo Rodilla, Retail Client Director de Kantar Worldpanel, lors de la présentation de l’analyse.

Selon les données du rapport, la chaîne de Juan Roig, qui continue de dominer le secteur national de la distribution et qui a atteint un record historique avec une part de 26,6 % en juillet, a non seulement regagné des parts dans les catégories où les prix sont plus bas, mais le changement de tendance est plus transversal et se produit dans six de ses catégories sur dix.

A lire aussi  Dans 80 % des capitales provinciales, l'effort locatif est plus élevé qu'il y a quatre ans.

« Un record soutenu non seulement par la bonne gestion de ce qui a toujours été son cœur de métier, à savoir tous les produits emballés, mais aussi et surtout parce qu’il profite du transfert qui s’opère depuis le spécialiste », a souligné M. Rodilla.

Pour sa part, Carrefour reste en deuxième position après avoir gagné 0,2 point de part de marché pour atteindre une part de 9,9 %, grâce à la bonne performance de son hypermarché, qui continue à attirer les consommateurs après la pandémie, tout en ralentissant le développement de ses enseignes locales.

Lidl consolide sa troisième place dans le commerce de détail national après avoir été la marque avec la plus forte croissance dans cette période de 0,6 points, lui donnant une part de marché de 6,3%, tout en cherchant à renforcer la perception des prix.

Parmi les nouveautés, Eroski se hisse à la quatrième place, dépassant Dia, avec une part de 4,4% après avoir gagné 0,1 point, soutenue par la bonne performance de Vegalsa dans la région Nord-Ouest, où elle renforce son engagement auprès des fournisseurs locaux.

Cependant, Dia, qui tombe à la cinquième place, est la chaîne qui enregistre la plus forte baisse de part avec une chute de 0,4 points, pour atteindre une part de 4,3%.

Rodilla a expliqué que cette baisse est principalement due à la vente de plus de 200 magasins à Alcampo, mais que la rénovation et la restructuration des espaces lui ont permis de « mieux utiliser » son stock, puisqu’elle parvient à enregistrer un meilleur rendement en termes de surface constante.

A lire aussi  L'Ibex commence la semaine avec une hausse de 1,07% et regagne la barre des 9 000 points.

Pour sa part, Consum a gagné 0,1 point, pour atteindre une part de 3,4 %, suivi par Alcampo (3,1 %), qui a gagné le plus d’acheteurs depuis le début de l’année suite à l’acquisition de magasins de Dia ; Aldi, avec 1,5 %, consolide sa croissance grâce à son rythme d’ouvertures, tandis que les supermarchés régionaux restent stables avec une part de 9,6 %.

LA « GUERRE DES PRIX » VA S’INTENSIFIER

Le responsable de la distribution chez Kantar Worldpanel a avancé que dans le contexte économique actuel, une « guerre des prix » est attendue dans la distribution au dernier trimestre de l’année, coïncidant avec la campagne de Noël.

« Nous constatons que le consommateur exige de plus en plus de promotions ou, du moins, qu’il devient de plus en plus décisif lorsqu’il s’agit de savoir où effectuer un achat. Nous abordons ce dernier trimestre avec beaucoup d’incertitude et un certain pessimisme », a-t-il déclaré.

Rodilla a souligné que les promotions gagnent de plus en plus de poids dans le panier d’achat par le biais de remises directes, celle qui croît le plus rapidement étant le « prix spécial », qui comprend toutes les promotions qui communiquent un prix fixe spécifique.

« Les perspectives sont qu’au cours des prochains mois, les promotions continueront à croître, surtout si l’on tient compte du fait qu’elles sont de plus en plus importantes pour les consommateurs lorsqu’ils choisissent les marques qu’ils achètent », a-t-il expliqué.

Rodilla a ainsi rappelé que les agents de l’industrie disent déjà que « pour compenser cette hausse des prix et éviter un ralentissement de la consommation, ils prendront de plus en plus de risques ou intensifieront la pression promotionnelle » d’ici la fin de l’année.

A lire aussi  Le Congrès débat d'une proposition du PP visant à "mettre fin aux attaques du gouvernement" contre les hommes d'affaires

LA MARQUE DE DISTRIBUTEUR CONTINUE DE CROÎTRE ET REPRÉSENTE MAINTENANT 43,5%.

D’autre part, le rapport note que dans le contexte actuel d’inflation soutenue, la marque de distributeur, qui a le plus augmenté ses prix, continue de croître comme une alternative pour compenser les hausses de prix. Ainsi, elle progresse de 2,2 points par rapport à l’année dernière et représente 43,5% des dépenses en biens de consommation emballés.

Toutefois, Rodilla a souligné que la marque de distributeur ralentira sa croissance à mesure que les augmentations de prix entre la marque du fabricant et la marque du distributeur s’équilibreront.

Une hausse des prix qui a un impact sur la façon dont les consommateurs font leurs courses, car ils contrôlent désormais davantage leur panier en achetant moins, même si cela signifie qu’ils doivent se rendre plus souvent au supermarché.

Auteur/autrice