L’Ibex 35 grimpe de 16,57 % au premier semestre pour atteindre les niveaux de février 2020

Il a augmenté de 6 % au mois de juin et de 3,53 % au cours de la seule semaine dernière.

MADRID, 30 (CALPA PARIS)

L’Ibex 35, principal indicateur du marché boursier espagnol, a clôturé le premier semestre de l’année avec une réévaluation de 16,57 %, pour s’établir à 9 593 nombres entiers, revenant ainsi aux sommets de février 2020, quelques semaines avant que le confinement du coronavirus ne soit décrété et que les marchés ne s’effondrent.

La hausse de 6% au mois de juin, la deuxième plus élevée après celle de janvier (+9,78%), a permis à l’indice sélectif national de retrouver le bon ton avec lequel il avait commencé l’année et qui n’avait été interrompu qu’en mars par les turbulences générées sur les marchés par la faillite d’institutions financières américaines et la reprise en Suisse de Credit Suisse par UBS.

Les hausses de taux d’intérêt décidées ce mois-ci par les principales banques centrales pour juguler l’inflation n’ont pas non plus empêché les marchés boursiers de part et d’autre de l’Atlantique de progresser.

Ainsi, la Banque centrale européenne (BCE) a relevé ses taux ce mois-ci à 4 %, la Banque d’Angleterre (BoE) à 5 % et la Réserve fédérale américaine (Fed) les a laissés inchangés à 5-5,25 %, bien que ses membres aient anticipé d’autres hausses à venir.

L’expert de XTB Joaquín Robles a souligné que les investisseurs continuent de parier sur la force de l’économie malgré les perspectives de nouvelles hausses de taux, une inflation plus persistante que prévu, le ralentissement progressif de l’économie et les risques géopolitiques.

A lire aussi  Le prix de l'électricité chute de plus de 30 % ce dimanche pour atteindre 31,52 euros/MWh.

SÉANCE COMPLÈTE DANS LE VERT POUR LA SEMAINE

Le marché boursier espagnol a terminé la dernière semaine de juin avec une appréciation de 3,53%, après cinq sessions complètes en territoire positif, enregistrant une hausse de 0,87% lors de la session de vendredi, sans s’inquiéter du message des banquiers centraux au forum de Sintra (Portugal), où ils ont déclaré que la politique monétaire a encore du chemin à parcourir.

Robles (XTB) a souligné qu’en Europe, deux autres hausses d’au moins 25 points de base sont attendues et qu’aux États-Unis, la hausse de juillet est considérée comme acquise.

D’importantes références macroéconomiques ont également été publiées cette semaine : l’inflation de la zone euro en juin s’est modérée à 5,5 %, bien que l’inflation de base ait augmenté d’un dixième de point à 5,4 % ; tandis que le taux de chômage s’est établi à 6,5 % en mai, un niveau historiquement bas.

En Espagne, l’inflation est tombée à 1,9 % en juin, le taux le plus bas depuis avril 2021, et a été la première économie majeure du marché commun à tomber en dessous de l’objectif de 2 %, tandis que l’inflation de base était de 5,9 %.

Dans le même temps, l’inflation française s’est établie à 5,4 % et l’inflation allemande à 6,4 %.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’inflation PCE, l’une des mesures de référence de la Fed pour évaluer sa politique monétaire, a baissé en mai à 3,8 % et l’inflation sous-jacente à 4,6 %, ce qui a conduit les indices de Wall Street à afficher des hausses provisoires de l’ordre de 2 % sur la semaine.

A lire aussi  Cuatroochenta réduit ses pertes jusqu'en juin à 100 000 euros et augmente ses revenus de 26 %.

AUX PORTES DES 9 600 POINTS

L’Ibex 35 s’est négocié pendant une bonne partie de la séance de vendredi au-dessus de 9 600 points, mais a perdu de sa vigueur dans la dernière ligne droite et a clôturé avec une hausse de 0,87 %, pour atteindre les 9 593 points susmentionnés.

La séance s’est concentrée sur Applus+, la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV) ayant suspendu la négociation des actions d’Applus+ avant l’ouverture de la séance par mesure de précaution et avec effet immédiat, dans l’attente d’informations pertinentes sur l’entreprise.

Vers 12h15, le fonds américain Apollo a lancé une offre publique d’achat sur 100% d’Applus+ au prix de 9,5 euros par action en numéraire, pour un montant total de 1 226,2 millions d’euros. Immédiatement après, la CNMV a annoncé qu’elle levait la suspension du titre, qui a clôturé la séance avec une hausse de 5,85 %, soit la troisième meilleure performance du marché continu.

Au sein de l’Ibex 35, Grifols a mené les gains vendredi avec une hausse de 1,87%, suivi par Merlin Properties avec 1,69% et Indra avec 1,67%. D’un autre côté, Acerinox a pris la tête du petit groupe de cinq titres qui ont clôturé la séance avec des pertes, perdant 1,5%, tandis qu’Acciona Energía a perdu 1,03%.

Les principales bourses européennes ont clôturé en hausse : Londres a gagné 0,8 %, Milan 1,08 %, Paris 1,19 % et Francfort 1,26 %.

Sur le marché des matières premières, le baril de Brent, référence européenne, était en hausse de 0,7% à 75 dollars, tandis que le baril de Texas WTI Intermediate était en hausse de 1,1% à 70,95 dollars. L’euro était en hausse de 0,45% contre le billet vert à 1,0915 dollar.

A lire aussi  Santander émet une nouvelle obligation à 10 ans

Sur le marché de la dette, le taux d’intérêt de la dette espagnole à long terme a clôturé à 3,377%, tandis que la prime de risque (le différentiel avec l’obligation allemande, considérée comme la référence) s’est établie à 98,9 points.

En ce qui concerne la semaine prochaine, l’attention des investisseurs sera concentrée sur la publication de données macroéconomiques : lundi seront publiés les indicateurs PMI manufacturiers, qui devraient rester en territoire de contraction, et tout au long de la semaine seront publiées les minutes de la dernière réunion de politique monétaire, qui, avec les déclarations des banquiers centraux sur les perspectives des taux d’intérêt et de la croissance économique, pourraient modifier le cours des marchés boursiers alors que nous attendons le début de la saison des bénéfices des entreprises.

Auteur/autrice