L’indice PMI de l’industrie manufacturière américaine a encore reculé en août en raison d’une demande plus faible

MADRID, 1 sept. (CALPA PARIS) –

L’activité manufacturière américaine s’est contractée en août, passant de 49 à 47,9 points, selon l’indice des directeurs d’achat (PMI) de l’industrie manufacturière compilé par S&P Global.

L’agence a expliqué que le chiffre est plus profondément en territoire négatif en raison de la faiblesse de la demande, qui a fait chuter à la fois le nombre de nouvelles commandes enregistrées et la production en raison de l’incertitude économique, ce qui a forcé les entreprises à « retirer » les commandes en attente et déjà terminées.

S&P rappelle que la demande a reculé 13 fois au cours des 15 derniers mois, les commandes chutant au deuxième taux le plus élevé en six mois. D’autre part, la demande extérieure a continué à se contracter pour le 15e mois consécutif.

En outre, les achats d’intrants manufacturiers ont également chuté « soudainement », tout comme les prévisions de production future, qui sont à leur niveau le plus bas en 2023.

Sur une note positive, la baisse des achats de matériaux a permis de contenir les coûts, qui ont augmenté davantage qu’en juillet, mais encore « modestement ». Les chaînes d’approvisionnement se sont également détendues. Sur le marché du travail, l’emploi dans le secteur s’est amélioré, mais la hausse a été la plus faible depuis janvier.

« Les commandes diminuent clairement plus vite que la réduction de la production industrielle, ce qui indique que les entreprises devront continuer à réduire leurs volumes de production », a expliqué Chris Williamson, économiste en chef chez S&P Global Market Intelligence.

M. Williamson a déclaré que des politiques telles que le CHIPS et le Science Act, axés sur l’industrie des semi-conducteurs, ainsi que l’Inflation Reduction Act (IRA), qui vise à encourager les initiatives industrielles vertes, contribueront à revitaliser le secteur manufacturier à moyen terme. Toutefois, dans l’immédiat, le pessimisme ne cesse de croître.

A lire aussi  L'Ibex 35 clôture la semaine en hausse de 0,6 % et retrouve la barre des 9 200 points.

Auteur/autrice