LLYC gagne 4,5 millions au premier semestre, en hausse de 13,4%, et augmente son chiffre d’affaires de 12%.

MADRID, 21 sept (CALPA PARIS) –

L’agence de conseil en communication, marketing digital et affaires publiques LLYC (anciennement Llorente y Cuenca) a réalisé un chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros au premier semestre, soit une augmentation de 13,4 % par rapport à la même période de l’année dernière, a annoncé jeudi l’entreprise.

Le chiffre d’affaires total de LLYC a atteint 48,7 millions d’euros au premier semestre, en hausse de 12 %, tandis que le chiffre d’affaires opérationnel – le chiffre d’affaires total moins la refacturation des services aux clients – a augmenté de 12 % pour atteindre 39,9 millions d’euros.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) récurrent de la société s’est amélioré de 9% au premier semestre pour atteindre 8,8 millions d’euros, tandis que le résultat net d’exploitation (Ebit) a augmenté de 16,7% pour atteindre plus de 7 millions d’euros.

La société a expliqué que les résultats à juin sont conformes au budget et que, après six mois, LLYC a atteint 50 % de ses objectifs de chiffre d’affaires et d’EBITDA pour l’ensemble de l’année.

LLYC souligne que la croissance organique du chiffre d’affaires, de 8 %, est supérieure à celle des entreprises du secteur et qu’elle est due aux opérations qui ont le plus d’impact sur le groupe en termes de volume, à savoir Madrid, São Paulo et le Mexique.

En outre, la société a souligné que l’acquisition de l’agence américaine BAM en mars a fait des États-Unis le troisième marché de LLYC en termes de volume, après l’Espagne et le Mexique.

En ce qui concerne les unités commerciales, la société a souligné la forte croissance de Deep Digital, qui a augmenté ses revenus de 25 % au cours du premier semestre de l’année.

A lire aussi  Bruxelles demande à la Chine de mettre les restrictions à l'exportation de gallium et de germanium en conformité avec les règles de l'OMC

Par région, l’Europe (Espagne et Portugal) représente 44 % des revenus d’exploitation et 49 % de l’Ebitda récurrent ; le Nord (Mexique, Panama et République dominicaine), 26 % et 21 % respectivement ; les Andes (Colombie, Pérou et Équateur), 11 % dans les deux variables ; les États-Unis, 9 % des revenus d’exploitation et 10 % de l’Ebitda récurrent ; et le Sud (Brésil, Argentine et Chili), 10 % et 9 %.

L’associé et PDG mondial de LLYC, Alejandro Romero, a estimé que 2023 serait une nouvelle année de croissance à deux chiffres, tout en soulignant le caractère de plus en plus  » fort et diversifié  » de l’entreprise.

Auteur/autrice