L’usine de regazéification d’El Musel reçoit le premier navire de gaz naturel liquéfié

OVIEDO, 1 juil. (CALPA PARIS) –

Le terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) d’El Musel, à Gijón, a reçu ce samedi le premier navire, le Cool Racer _d’une capacité de 174 000 m3_, qui effectuera un premier déchargement, nécessaire pour les derniers essais techniques avant la mise en service commerciale de l’usine. Cette opération de déchargement durera entre 72 et 90 heures.

Le navire a accosté à 08h20 avec 150 000 MT de gaz liquéfié en provenance des Etats-Unis. À l’occasion de son arrivée, la Guardia Civil a mis en place une opération de protection spéciale qui a débuté vers 04h00 lorsque la vedette du Service Maritime « Río Esera », après avoir effectué une reconnaissance des eaux intérieures, est allée à la rencontre du méthanier, ce qui s’est produit au large du Cap Peñas.

Une fois l’escorte jusqu’à l’embouchure du port commencée, le Groupe d’activités sous-marines (GEAS), avec l’appui de l’hélicoptère de l’UHEL de la Guardia Civil de Asturias, s’est chargé de sa protection dans les eaux intérieures jusqu’à son accostage final.

Pendant la manœuvre d’approche et d’accostage, le personnel de la Section des impôts et des frontières d’El Musel, de l’USECIC, du G.I.C., de l’UOPJ, du groupe Cinologie, du GEDEX, du COS, de l’équipe PEGASO et d’autres unités de la sécurité publique et des impôts de la compagnie de Gijón ont pris part à l’opération.

La mise en service d’El Musel est une étape importante pour le début des opérations commerciales de l’infrastructure, qui fait partie du Plan de sécurité énergétique du gouvernement et qui renforcera la sécurité de l’approvisionnement énergétique en Europe, selon un communiqué de presse d’Enagas.

A lire aussi  La négociation des actions Evergrande est suspendue à Hong Kong après l'assignation à résidence du président

L’usine de Gijón pourrait ainsi contribuer à la sécurité de l’approvisionnement énergétique européen à hauteur de 8 milliards de mètres cubes de GNL par an. Elle permettra l’accostage de navires de 50 000 à 266 000 m3, dispose de deux réservoirs de 150 000 m3 de capacité de stockage de GNL, de deux quais de chargement de navires-citernes d’une capacité maximale de 9 GWh/j et d’une capacité d’émission maximale de 800 000 Nm3/h.

L’usine emploie déjà 53 personnes et génère en outre une centaine d’emplois indirects. Pendant la phase de démarrage, des professionnels spécialisés dans ce type de processus ont été transférés d’autres terminaux d’Enagás.

L’usine n’attend plus que le certificat final de mise en service du département de l’industrie et de l’énergie de la délégation gouvernementale de la Principauté des Asturies, qui sera délivré une fois que les essais techniques du terminal seront terminés.

Table des matières

SERVICES

D’autre part, ce vendredi a pris fin la date limite pour que les négociants manifestent leur intérêt pour la phase contraignante du processus, qui se terminera en juillet avec l’attribution des services logistiques à long terme, et les opérations devraient commencer avec l’arrivée à l’usine du premier transporteur commercial de GNL dans les semaines à venir, une fois que les tests techniques du terminal seront terminés.

Les services logistiques offerts pour cette infrastructure sont les opérations de déchargement, de stockage et de chargement du GNL. Dans le cadre du régime d’accès réglementé, l’usine d’El Musel envisage une regazéification minimale pour la bonne gestion du terminal, ainsi que le service de chargement de navires-citernes.

A lire aussi  Lico cosmetics conclut un tour de table d'un million d'euros avec Bewater, qui prend une participation de 15 % dans l'entreprise.

Le 28 février, Enagás et Reganosa ont signé un accord prévoyant l’acquisition par Enagás du réseau de 130 km de gazoducs de Reganosa et l’acquisition par Reganosa de 25 % de l’usine d’El Musel. Cette opération leur permettra de tirer parti de leurs synergies et de travailler ensemble sur les services offerts par l’usine et sur de nouvelles possibilités de collaboration afin de renforcer la sécurité de l’approvisionnement et de faire progresser les objectifs de décarbonisation de l’Espagne et de l’Europe.

Auteur/autrice