L’association patronale Arte nomme Ana López-Casero à sa présidence

MADRID, 2 oct. (CALPA PARIS) –

L’Asociación Retail Textil España (Arte) a nommé Ana López-Casero Beltrán présidente pour conduire la stratégie de représentation des grands groupes commerciaux du secteur textile au niveau national.

López-Casero occupe ainsi le rôle qui, jusqu’à présent, était assumé à titre intérimaire par Reyes Herce, directeur des ressources humaines du groupe JD, qui continuera à être membre du conseil d’administration d’Arte en tant que vice-président.

Mme López-Casero a assuré qu’elle prenait ce projet « avec beaucoup d’enthousiasme et de responsabilité » et « avec la ferme détermination » de construire une association innovante, engagée en faveur des personnes, de l’environnement et de la capacité de ce secteur à promouvoir l’inclusion.

López-Casero a également souligné que son objectif est de  » consolider une association utile, qui constitue un espace de rencontre et de croissance pour tous ses membres et qui articule un dialogue efficace entre l’ensemble du secteur et la société « .

En outre, le nouveau président de l’association patronale a rappelé que la négociation de la première convention de travail de l’État est déjà en cours, ce qui fournira un cadre de travail stable pour tous et a été décrit comme « un jalon dans le secteur dans le pays ».

Dans une déclaration, l’association des employeurs a souligné l’expérience de Mme López-Casero, qui a plus de trente ans d’expérience dans la gestion de différents projets et organisations. Elle a également été présidente de plusieurs organisations professionnelles, principalement dans les secteurs pharmaceutique, financier et tertiaire.

Plus précisément, la nouvelle présidente d’Arte a été membre du conseil d’administration d’institutions financières régionales, administratrice de la Fondation EuroCajarural et directrice générale de la Fondation Francisco Luzón pour la SLA. Elle est actuellement administratrice de la Fundación Mutualidad de la Abogacía.

A lire aussi  Les exportations de services non touristiques augmentent après Covid, mais leur poids dans le PIB n'atteint pas les niveaux de l'UE.

Auteur/autrice