M. Calviño demande aux banques d’offrir des crédits compétitifs et d’améliorer le remboursement des dépôts

L’économie et les banques vont travailler sur un mécanisme pour canaliser les prêts des fonds européens

MADRID, 4 (CALPA PARIS)

La première vice-présidente et ministre de l’Économie et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, a rencontré ce lundi les présidents des principales banques espagnoles et leur a fait part de l’importance pour le secteur financier de continuer à contribuer positivement à la croissance économique, ce qui implique d’offrir aux ménages et aux entreprises des crédits qui maintiennent l’avantage compétitif par rapport aux autres pays européens et d’améliorer la rémunération des dépôts.

Ont participé à la réunion la présidente de Banco Santander, Ana Botín ; le président de BBVA, Carlos Torres ; le président de Caixabank, José Ignacio Goirigolzarri ; le président de Banco Sabadell, Josep Oliu ; la directrice générale de Bankinter, Dolores Dancausa ; le directeur général d’Ibercaja, Víctor Iglesias ; le président du Grupo Cajamar, Luis Rodríguez ; le président de Kutxabank, Antón Arriola, et le président d’Abanca, Juan Carlos Escotet, ainsi que le secrétaire d’État à l’économie et au soutien aux entreprises, Gonzalo García, et le secrétaire général du Trésor, Carlos Cuerpo.

Un représentant d’Unicaja Banco était également attendu, mais il n’a pas pu arriver à temps pour la réunion, ont indiqué des sources financières à Europa Press.

Par rapport aux réunions précédentes, les représentants des associations bancaires AEB, CECA et Unacc n’étaient pas présents, pas plus que ceux des associations de consommateurs et de personnes âgées. M. Calviño pourrait les rencontrer fin septembre ou en octobre afin de passer en revue les différentes initiatives lancées dans le secteur financier, telles que les codes de bonnes pratiques hypothécaires ou les mesures d’inclusion financière.

A lire aussi  Le gouvernement attribue un total de 2023 jours de pêche à la flotte de chalutiers de la Méditerranée

Par le biais d’un communiqué de presse, le ministère de l’Économie rappelle que cette réunion s’inscrit dans le cadre du dialogue constant qu’il entretient avec le secteur financier et qu’elle permet de faire le point sur la situation et les perspectives de l’économie espagnole, dont les participants ont souligné la bonne évolution.

L’impact de la hausse des taux d’intérêt de la Banque centrale européenne sur les familles et les entreprises, l’arrivée des fonds européens et les progrès de la législation européenne dans le domaine financier, ainsi que d’autres priorités de la présidence espagnole du Conseil de l’UE, ont également été abordés.

L’avancement des travaux techniques visant à analyser l’application des différents mécanismes et codes de bonnes pratiques disponibles et à continuer d’améliorer la protection des familles touchées par l’augmentation des hypothèques, tout en continuant à garantir la stabilité financière, a également été signalé, ainsi que la nécessité de continuer à soutenir la croissance économique par le biais d’une offre compétitive de crédit et d’une meilleure rémunération des dépôts.

Lors de la réunion, il a été noté que le système maintient de faibles niveaux de prêts non performants et de défaillances, grâce aux bonnes performances de l’économie et de l’emploi et à la solvabilité des entreprises. À cet égard, le ministère rappelle qu’il travaille avec la Banque d’Espagne pour analyser l’application des différents mécanismes disponibles et pour améliorer la protection des familles touchées par l’augmentation des hypothèques, tout en continuant à garantir la stabilité financière.

CANALISER LES PRÊTS DES FONDS EUROPÉENS

D’autre part, le vice-président a souligné aux banques et aux caisses d’épargne l' »opportunité » que représente la mise en œuvre du plan de relance pour la transformation du tissu productif espagnol et a mis en évidence le « rôle important » qu’elles peuvent jouer dans l’acheminement des fonds vers les entreprises.

A lire aussi  Le gouvernement approuve la loi sur la parité, qui oblige l'Ibex à compter 40 % de femmes parmi ses administrateurs d'ici à 2024.

Ainsi, il a été convenu de travailler ensemble pour mettre en place avant la fin de l’année un mécanisme de canalisation des prêts des fonds européens de « nouvelle génération » prévus dans l’addendum au plan de relance, actuellement en attente d’approbation par les institutions européennes.

Au cours de la réunion, l’état d’avancement des principaux dossiers législatifs européens dans le domaine économique et financier, menés par le ministère de l’Économie et de la Transformation numérique dans le cadre de la Présidence espagnole du Conseil de l’UE, a également été partagé avec les présidents des institutions financières. La réforme des règles fiscales et les différents projets de règlement sur les services financiers ont été discutés.

Concrètement, au cours des deux premiers mois de la présidence espagnole du Conseil de l’Union européenne, les premiers accords ont déjà été conclus et des progrès sont réalisés sur plusieurs dossiers tels que la directive sur la diligence raisonnable ou le règlement sur les paiements instantanés.

De même, Economía assure qu’il existe d’autres dossiers de  » grande importance  » pour le secteur financier qui sont promus  » de manière décisive « , comme la réforme de la réglementation des services et des moyens de paiement en Europe, l’amélioration du cadre de résolution des institutions bancaires dans l’UE et les propositions législatives visant à compléter l’Union bancaire et l’Union des marchés de capitaux.

Enfin, le vice-président a fait état de la publication prochaine, lors d’une audition publique, du Livre vert sur la promotion de la finance durable, avec une attention particulière pour le soutien aux PME dans le processus de transition écologique.

A lire aussi  Les entreprises "défient" la loi sur les télécommunications avec des appels automatisés, déclare Somos Conexión

Dans le domaine de la cybersécurité, il a été convenu de renforcer la collaboration et la coopération avec le secteur pour se protéger contre la fraude numérique et les cyber-attaques.

BANQUE EUROPÉENNE D’INVESTISSEMENT

Il convient de noter que cette réunion pourrait être la dernière de M. Calviño avec les banques, car en août, le gouvernement a officiellement présenté la candidature du premier vice-président à la présidence de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Les ministres de l’économie et des finances de l’Union européenne se réuniront les 15 et 16 septembre à Saint-Jacques-de-Compostelle pour voter le nom du président de cette institution, qui sera formellement adopté lors du conseil des gouverneurs de la Banque européenne d’investissement en octobre. Lors de ce sommet, ils rencontreront également leurs homologues des différents pays membres de la CELAC et, parallèlement, le débat sur les règles fiscales au sein de l’Union européenne sera rouvert.

Auteur/autrice