M. Calviño souligne que Santiago réunira les ministres de 60 pays représentant 21 % du PIB mondial.

Outre les 27 pays, 33 représentants de l’Amérique latine et des Caraïbes y participeront également.

BRUXELLES, 6 sept. (CALPA PARIS) –

La première vice-présidente et ministre par intérim de l’Économie et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, a souligné ce mercredi à Bruxelles que la réunion informelle des ministres de l’Économie et des Finances de l’UE (Ecofin), qui se tiendra les 16 et 17 septembre à Saint-Jacques-de-Compostelle, rassemblera les ministres de 60 pays, représentant  » 21 % du PIB mondial « , puisque 33 représentants de l’Amérique latine et des Caraïbes participeront à la réunion, aux côtés des 27.

C’est ce qu’il a déclaré lors de son intervention au forum de débat annuel organisé par le centre d’études économiques Bruegel, auquel participera également la troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera.

Mme Calviño a rappelé que l’Espagne, qui assure la présidence tournante de l’UE pendant ce semestre, est la  » porte  » qui relie l’UE à l’Amérique latine, aux Caraïbes et à l’Afrique, et que  » profitant de cette relation spéciale « , elle a invité plus de trente ministres latino-américains à cet événement.

« Ce sera un grand orchestre avec un agenda ambitieux et intéressant », a déclaré la ministre, qui prend ainsi le relais du sommet UE-CELAC de juillet dernier, au cours duquel les dirigeants des deux parties se sont engagés à renforcer leurs liens et leurs alliances, notamment en matière d’énergie et d’approvisionnement en matières premières essentielles, ainsi que de lutte contre le changement climatique.

À cet égard, M. Calviño a souligné qu’après l’agression de la Russie contre l’Ukraine et la politique de réduction des achats de gaz russe, l’UE ne peut pas dépendre d’un seul fournisseur et doit renforcer son autonomie stratégique, raison pour laquelle de nouveaux accords avec d’autres partenaires sont l’une des principales priorités de la Présidence espagnole du Conseil.

A lire aussi  La Chine impose des restrictions à l'exportation de produits en graphite pour des raisons de "sécurité nationale".

Une responsabilité que, selon le ministre, l’Espagne exerce avec  » fermeté et détermination, énergie positive et conviction « , car elle considère qu’elle a une  » bonne occasion  » de clôturer certains des dossiers les plus importants avant la fin de l’année, compte tenu de la proximité des élections européennes.

Un autre de ces dossiers « clés » sera la nouvelle réglementation fiscale de l’UE, que M. Calviño est également convaincu de pouvoir clôturer avant la fin de l’année, étant donné qu’il existe un « large consensus » parmi les 27 concernant ce que l’Espagne a défini comme les quatre piliers de l’accord : l’équilibre institutionnel, les garanties communes, l’espace fiscal pour les investissements et les incitations, et la garantie d’une plus grande participation des pays de l’UE.

« Nous devons préparer les nouvelles règles d’ici la fin de l’année, car si nous ne le faisons pas maintenant, il sera difficile pour la présidence belge de progresser davantage en raison des élections européennes, ce qui pourrait entraîner une vulnérabilité pour l’année prochaine », a-t-il averti.

Auteur/autrice