M. de Guindos appelle les 27 États membres de l’UE à rechercher un consensus en vue d’une mise en œuvre « rapide » des règles budgétaires.

BRUXELLES, le 25 mai (CALPA PARIS) –

Le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Luis de Guindos, a exhorté jeudi les pays de l’Union européenne à « progresser vers un consensus » sur la réforme des règles fiscales proposée par la Commission européenne afin d’assurer sa mise en œuvre « rapide » et qu’elle soit élaborée avec « transparence et simplicité ».

Bien qu’il ait réitéré que la recommandation de la BCE est d’avoir une capacité fiscale centralisée, M. De Guindos a assuré que la Banque centrale accueille « avec grande satisfaction » la proposition de Bruxelles dans laquelle elle reconnaît « certains aspects positifs », comme il l’a indiqué lors de son discours devant la Commission des affaires économiques du Parlement européen.

L’exécutif européen a présenté sa proposition le 26 avril, avec une nouvelle approche qui comprend des trajectoires de dépenses individualisées pour chaque État membre et des objectifs à moyen terme, mais qui maintient certains paramètres de la discipline actuelle, comme l’obligation de ne pas dépasser 3 % du PIB pour le déficit et de maintenir la dette en deçà de 60 %.

Bruxelles propose également d’exiger un ajustement annuel minimum du déficit de 0,5 % du PIB pour les années au cours desquelles le déséquilibre négatif des administrations publiques devrait dépasser la valeur de référence de 3 %, un paramètre que le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, a sévèrement critiqué, déclarant que la révision de la discipline fiscale « ne satisfait toujours pas les exigences » de Berlin, qui demandait que cette réduction annuelle minimum soit portée à 1 %.

De Guindos, conscient que l’approche de l’exécutif européen n’a pas été bien accueillie par certains pays, comme l’Allemagne, a souligné que « son application rapide est très importante ».

A lire aussi  La Cour européenne confirme que le logo Nike est différent du logo "Mó" après un recours de Multiópticas

En outre, conformément aux recommandations du Semestre européen de printemps présentées par Bruxelles mercredi, le vice-président de la BCE a souligné qu’à mesure que la crise énergétique « s’estompe », les gouvernements devraient annuler les mesures de soutien à l’énergie afin d’éviter d’accroître les pressions inflationnistes à moyen terme, ce qui, a-t-il averti, « nécessiterait une réponse plus forte de la part de la politique monétaire ».

À cet égard, il a noté que les règles budgétaires devraient viser à rendre l’économie de l’UE « plus productive » et à réduire progressivement la dette publique élevée, tandis que les politiques visant à améliorer la capacité d’approvisionnement de la zone euro, en particulier dans le secteur de l’énergie, peuvent également contribuer à réduire ces pressions sur les prix à moyen terme.

Auteur/autrice