M. Sánchez promet d’allonger la durée des prêts hypothécaires jusqu’à 7 ans pour les familles dont les revenus sont inférieurs ou égaux à 37 800 euros.

MADRID, 5 juil. (CALPA PARIS) –

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, et la première vice-présidente et ministre de l’Économie et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, ont annoncé mercredi leur proposition de prolonger la durée des prêts hypothécaires jusqu’à sept ans pour les ménages dont les revenus sont inférieurs ou égaux à 37 800 euros par an – le revenu moyen du pays -, ce qui représenterait une économie de 300 euros par mois et de 3 600 euros par an.

C’est ce que tous deux ont avancé lors d’un dialogue dans le cadre de la quatrième séance de travail de la campagne pour les élections du 23 juillet, qui s’est tenue ce mardi au siège socialiste de Ferraz.

Calviño a expliqué que, si le Parti socialiste arrive à gouverner dans la prochaine législature, le champ d’application de l’allègement hypothécaire sera étendu pour atteindre, au moins, le revenu moyen du pays, qui s’élève à 37 800 euros.

Le Code de bonnes pratiques pour la restructuration viable des dettes avec garantie hypothécaire sur la résidence habituelle sera étendu, dans le but que les familles avec des revenus moyens puissent prolonger leur hypothèque pour sept ans ou geler le paiement de l’acompte pendant la première année.

« Pour une hypothèque moyenne de 150 000 euros contractée en 2018, cela signifie éviter ou économiser 300 euros par mois, 3 600 euros par an. Je pense que cela doit être l’une des premières mesures que nous prenons », a déclaré le premier vice-président.

M. Sánchez a justifié sa décision d’ajouter – au cas où il gouvernerait – cette mesure à celles déjà approuvées en raison de la poursuite du resserrement de la politique monétaire et de la hausse des taux d’intérêt, qui a entraîné la poursuite de l’augmentation de l’Euribor – principal indicateur de référence pour les prêts hypothécaires dans le pays.

A lire aussi  Le CEOE et les syndicats appellent au respect du dialogue social en cas de changement de gouvernement

« Il est important que le gouvernement contribue à cette aide aux familles, dont l’impact est la conséquence d’une politique monétaire qui est entre les mains de la Banque centrale européenne, qui n’est pas entre les mains de l’exécutif ou de n’importe quel pouvoir exécutif dans n’importe quel pays européen », a souligné le chef de l’exécutif.

« C’est l’une des propositions que nous allons inclure dans notre programme électoral de nos engagements pour la prochaine législature, et ce sera l’une des premières décisions des mesures que nous prendrons dans le nouveau gouvernement après le 23 juillet », a assuré le président.

Il convient de noter que la semaine dernière, Mme Calviño a annoncé, lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion qu’elle a tenue avec les patrons des banques, la Banque d’Espagne et les associations de consommateurs et de personnes âgées, qu’elle avait l’intention d’approuver une prolongation de trois ans de la durée des prêts pour toutes les hypothèques variables destinées à l’achat d’un premier logement.

Cependant, tant la Banque d’Espagne que les représentants du secteur financier ont estimé qu’il était « prématuré » de modifier le Code de bonnes pratiques dans le secteur hypothécaire, et ils ont fixé le mois de septembre comme date pour étudier d’éventuels recalibrages.

Lors de la conférence de presse, Mme Calviño a également indiqué qu’au cours des cinq premiers mois, 33 000 demandes d’adhésion au Code de bonnes pratiques ont été enregistrées, bien qu’elle ait demandé que ces données soient traitées avec « une grande prudence », car elles n’ont pas encore été « entièrement vérifiées » et sont en attente de vérification par la Banque d’Espagne. Il a également souligné qu’un pourcentage élevé de demandes, 40 %, est encore en attente de traitement.

A lire aussi  Le PP s'engage auprès de l'association des employeurs à étudier la réduction de la TVA pour les installations sportives.

En novembre, son département a fixé à un million de foyers le nombre maximum de bénéficiaires potentiels de la signature du Code de bonnes pratiques. Cependant, la Banque d’Espagne a réduit ce chiffre à 549 000 bénéficiaires potentiels et, sur la base de l’expérience du code précédent, le nombre pourrait être encore réduit à 200 000 bénéficiaires.

Au cours du dialogue avec M. Sánchez, M. Calviño a également rappelé qu’un protocole a été mis en place pour apporter des services financiers en personne à tous les villages d’Espagne, assurant que dans la deuxième partie de l’année, l’objectif de 100 % sera atteint.

Auteur/autrice