Mme Calviño reconnaît sa « forte motivation » à présider la BEI, bien qu’elle se concentre actuellement sur la vice-présidence.

Elle est en concurrence pour ce poste avec Margrethe Vestager, jusqu’à présent vice-présidente de la Commission.

BRUXELLES, 6 septembre (CALPA PARIS) –

La première vice-présidente et ministre en exercice des Affaires économiques et de la Transition numérique, Nadia Calviño, a reconnu mercredi à Bruxelles sa « forte motivation » pour présider la Banque européenne d’investissement (BEI), un poste auquel aspire également la vice-présidente exécutive de la Commission européenne chargée de la concurrence, la libérale danoise Margrethe Vestager, qui a annoncé mardi qu’elle renonçait à ce poste pour défendre sa candidature.

En revanche, Mme Calviño a assuré que, pour le moment, elle se « concentre » sur la vice-présidence du gouvernement car « au moins jusqu’en décembre », ce sera son travail et il est « absorbant », comme elle l’a souligné lors de son intervention au forum de débat annuel organisé par le groupe de réflexion économique Bruegel, auquel participera également la troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera.

L’Italie, la Suède et la Pologne ont également présenté des candidats pour le poste convoité par Mme Vestager et M. Calviño pour succéder à Werner Hoyer lorsque son mandat à la tête de la BEI expirera à la fin de l’année.

Concernant sa motivation pour présider la banque, la ministre a souligné qu’il s’agit d’une des institutions les plus importantes de l’Union européenne, bien qu’elle ait choisi de la « renforcer encore plus » dans une période « complexe », raison pour laquelle elle considère la présidence de la BEI comme une « tâche inspirante ».

« Le président Sánchez a estimé que nous devions présenter une candidature forte « , a expliqué Mme Calviño, qui a souligné que la BEI est  » la plus grande banque publique de développement au monde  » et qu’elle a  » un rôle clé à jouer à l’avenir « . « Nous sommes tous conscients de la nécessité de mobiliser des ressources financières et de renforcer les institutions fortes de l’UE « , a-t-elle ajouté.

A lire aussi  Le coût du transport routier dans le prix d'un litre d'huile d'olive est inférieur à 2 centimes.

L’Espagne, qui assure la présidence tournante de l’UE pour ce semestre, prévoit d’inscrire la discussion et le vote sur les candidatures à l’ordre du jour de la réunion informelle des ministres de l’Économie et des Finances (Ecofin) des 16 et 17 septembre à Saint-Jacques-de-Compostelle, même si la décision finale sera prise par le Conseil des gouverneurs de la BEI, qui est composé des mêmes ministres, vraisemblablement en octobre.

Auteur/autrice