Powell prévient que de nouvelles hausses de taux pourraient s’avérer inutiles après les récentes turbulences financières

MADRID, le 19 mai (CALPA PARIS) –

Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine (Fed), a déclaré que le resserrement des conditions de crédit induit par les récentes tensions financières liées à l’effondrement de la Silicon Valley Bank (SVB) et de la Signature Bank pourrait rendre inutiles de nouvelles hausses des taux d’intérêt.

« Si les outils de stabilité financière ont permis de calmer le secteur bancaire, les événements qui se sont déroulés ont néanmoins conduit à un resserrement des conditions de crédit qui devrait peser sur la croissance économique, l’embauche et l’inflation », a déclaré M. Powell lors d’une conférence organisée vendredi à la mémoire de Thomas Laubach, un ancien économiste de la Fed.

« En conséquence, le taux pourrait ne pas avoir besoin d’augmenter autant qu’il le ferait autrement pour atteindre nos objectifs », a-t-il ajouté. Toutefois, M. Powell a prévenu qu’il y avait encore une « grande incertitude » à cet égard.

Le Comité fédéral de l’open market (FOMC) de la Réserve fédérale américaine (Fed) a déjà décidé le 3 mai d’approuver à l’unanimité une hausse des taux d’intérêt de 25 points de base, pour atteindre une fourchette cible comprise entre 5 % et 5,25 %.

Contrairement à la dernière hausse de 25 points de base annoncée le 22 mars, la Fed n’a pas mentionné que d’autres hausses de taux d’intérêt étaient nécessaires pour freiner la hausse des prix et ramener l’inflation autour de 2 %. Il y a donc eu des spéculations sur la possibilité d’une pause dans les hausses de taux.

Quoi qu’il en soit, la prochaine révision possible de ce chiffre sera annoncée le 14 juin, jour où les dirigeants de la Fed se réuniront à nouveau et devront peser les risques de poursuivre leur politique de resserrement monétaire après l’instabilité déclenchée par la faillite de SVB et qui, pour l’instant, a été contenue après l’acquisition de la problématique First Republic Bank par JP Morgan.

A lire aussi  Le Congrès approuve l'aide à la sécheresse et les rabais d'Interrail sans aucune voix discordante

Auteur/autrice