Selon Tinsa, le nombre de logements en Espagne a augmenté de 4,6 % en juin, en glissement annuel.

Dans les capitales et les grandes villes, l’augmentation est de 4,1% et de 6,6% dans les zones métropolitaines.

MADRID, 17 juil. (CALPA PARIS) –

Les logements neufs et d’occasion en Espagne ont augmenté de 4,6% en juin par rapport au même mois de l’année dernière et de 0,6% par rapport à mai, selon l’indice Tinsa IMIE General and Large Markets.

« Il s’agit d’un taux annuel plus modéré que le mois précédent, qui confirme la tendance à la stabilisation du marché résidentiel », indique le cabinet.

De même, l’indice, qui recueille chaque mois la variation annuelle de la valeur des logements et son niveau par rapport à 2001 (base 1.000), après la clôture définitive des données de juin, montre que la variation annuelle au deuxième trimestre 2023 s’élève à 4,9%, soit un dixième de plus que les 4,8% publiés provisoirement le 30 juin dans ses statistiques, note Tinsa.

LES ZONES MÉTROPOLITAINES OÙ LES PRIX DE L’IMMOBILIER AUGMENTENT LE PLUS

Dans la section des capitales et des grandes villes, l’augmentation des prix des logements neufs et d’occasion a été de 4,1% en juin par rapport au même mois de 2022 et de 0,6% par rapport à mai, dans la même ligne qu’au niveau national.

Cependant, si l’on considère le groupe plus large des aires métropolitaines, l’augmentation en glissement annuel est de 6,6 %, soit la plus grande différence par rapport à 2022, et avec une augmentation de 1,1 % par mois par rapport aux variations proches de 0 % observées depuis le début de l’année.

A lire aussi  Lego nomme Pilar Vilella Lumbreras directrice de la marque pour la France, l'Espagne et le Portugal

Dans la zone géographique des îles, l’augmentation en juin a été de 5,8% par rapport au même mois de l’année dernière et de 0,6% par rapport à mai ; dans la même ligne, la zone de la côte méditerranéenne a montré une augmentation des prix des logements de 4,4% en glissement annuel et de 0,4% en glissement mensuel, de sorte qu' »ils augmentent avec moins d’intensité que le mois précédent », dit le cabinet.

Les communes de l’intérieur regroupées dans d’autres communes continuent à se stabiliser avec une croissance des prix de 0,3% en glissement mensuel et de 2,3% en glissement annuel.

« La perte de pouvoir d’achat accumulée par les ménages durant le long épisode inflationniste et la hausse rapide du coût de financement ont contribué à la modération de la consommation. Cependant, la résistance de l’emploi soutient la solvabilité et la confiance des ménages », souligne le directeur du département de recherche de Tinsa.

ÉVOLUTION DES PICS ET DES CREUX

La valeur moyenne des logements neufs et d’occasion en Espagne a accumulé une augmentation de 36,1 % depuis le creux enregistré pendant la crise financière en août 2015. Elle est également inférieure de 20 % aux pics de la période 2007/2008.

Dans les capitales et les grandes villes, l’augmentation est plus importante, 44,4 % de plus depuis les creux post-crise, et dans les zones métropolitaines’, 39,5 %, tandis que la reprise a été plus modérée dans les « autres municipalités », 20,5 % de plus.

La côte méditerranéenne maintient la plus grande différence dans la valeur moyenne par rapport aux pics de la période 2007/2008, avec une baisse cumulée de 30,4%, contre 20% de la moyenne nationale.

A lire aussi  L'Ibex 35 mène la hausse européenne avec une augmentation de 1,02 % et regagne le niveau des 9 400 points.

A l’opposé, le prix dans les îles (considérées ensemble Baléares et Canaries) est inférieur de 6,9% à son maximum et de 15,5% dans le cas des capitales et des grandes villes.

« L’analyse montre un comportement des prix dans les zones de plus grande réception du tourisme international qui diffère de la tendance générale, avec un mouvement de prix à la hausse plus prononcé dans les îles et avec un certain signe de modération sur la côte méditerranéenne.

LE « FLASH » DU MARCHÉ

Chaque mois, l’indice Tinsa IMIE General and Large Markets inclut une sélection d’autres indicateurs immobiliers et économiques pertinents afin d’analyser l’évolution et les perspectives du secteur résidentiel.

Parmi ces indicateurs, on peut citer le fait que les ventes de logements ont chuté de 8,5 % en glissement annuel en avril, alors que le même mois, les nouveaux permis de construire ont augmenté de 20,7 % et les prêts hypothécaires ont baissé de 19,1 %.

Auteur/autrice