Telefónica Open Future lance un programme d’accélération pour les startups qui marque un « avant et après ».

MADRID, 5 juin (CALPA PARIS) –

La responsable mondiale de Telefónica Open Future, Inês Oliveira, a assuré que le programme d’accélération des startups que l’entreprise vient de lancer représente un « avant et un après » pour les entreprises participantes, dont certaines pourraient recevoir un soutien financier de Wayra, la branche d’investissement de Telefónica.

« L’objectif est de trouver les meilleures entreprises pour les soutenir et qu’il y ait un avant et un après ce programme « , a souligné M. Oliveira lors d’un entretien avec Europa Press, dans lequel il a souligné la valeur du programme promu par l’École d’organisation industrielle (EOI), en collaboration avec le ministère de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, promu par le Plan de redressement, de transformation et de résilience.

L’initiative, destinée à plus de 800 start-ups et PME de moins de cinq ans qui développent une activité innovante, offre quatre mois de formation avec des mentors de Telefónica, des contacts avec des investisseurs, ainsi que la possibilité de recevoir un soutien à l’investissement de la part de Wayra dans le futur.

Le programme, qui est divisé en zones géographiques (Madrid, Catalogne et Andalousie) et en deux secteurs verticaux (mobilité et télécommunications), comprend cinquante heures d’ateliers en ligne, quarante heures de mentorat individuel personnalisé en ligne, des événements, des bureaux et un soutien à l’emploi, entre autres initiatives.

UN PROGRAMME « UNIQUE » POUR 800 ENTREPRISES

« Le défi consiste à créer un programme unique pour plus de 800 startups », a déclaré M. Oliveira, qui a mis l’accent sur la personnalisation, l’objectif étant de soutenir l’entrepreneur, de détecter son problème et de créer un plan personnalisé. « Nous ne sommes pas une école », a souligné M. Oliveira, qui a insisté sur le fait que Telefónica Open Future s’adapte « à chaque profil ».

A lire aussi  M. Calviño demande aux banques d'offrir des crédits compétitifs et d'améliorer le remboursement des dépôts

Le processus de sélection est « très simple », a déclaré le responsable de Telefónica Open Future, qui a expliqué qu’une fois qu’un formulaire en ligne a été rempli, une équipe de Telefónica contacte l’aspirant startup pour l’aider à formaliser son inscription sur la plateforme EOI.

« L’idée est qu’il s’agit d’un programme très démocratique et que nous soutenons toutes les entreprises qui en ont besoin », a fait remarquer M. Oliveira, expliquant que si les conditions sont remplies, le soutien sera accordé à toutes les entreprises qui le demandent.

UN AVANT ET UN APRÈS

D’après l’expérience de Telefónica, qui travaille depuis des années avec des startups dans le domaine de l’innovation ouverte, « il y a clairement un avant et un après » dans les entreprises qui suivent ce type de programme.

Pour mener à bien cette transformation, Telefónica réalise un diagnostic, détecte les points de friction dans chaque entreprise, identifie les différents axes de travail et élabore un plan d’accélération.

Les besoins des entreprises participantes dépendent beaucoup de leur état de maturité, mais beaucoup d’entre elles sont à un stade où elles doivent se consolider en tant qu’entreprises financièrement durables, ce qui implique « une structure d’équipe et une stabilité dans le financement ».

« Nous les aidons beaucoup à définir leurs besoins financiers afin qu’elles puissent établir un plan à long terme et se lancer dans l’aventure », a déclaré M. Oliveira, qui a également souligné tout le travail lié au produit, à l’équipe, à la monétisation et au financement.

Wayra, la branche d’investissement de Telefónica, joue également un rôle important, car même si elle ne peut pas atteindre toutes les entreprises, elle pourra investir dans certaines d’entre elles. « Si le projet plaît à Telefónica Open Future, nous l’analyserons et il sera dans l’entonnoir pour un éventuel investissement », a déclaré M. Oliveira, qui a assuré qu’il n’y aurait pas de limites initiales au nombre d’investissements.

A lire aussi  L'agriculture demande une aide de 37,5 millions d'euros pour des projets d'innovation suprarégionaux

Auteur/autrice