Tempos Energía assure que le brent oscillera entre 85 et 95 dollars jusqu’à la fin de l’année, bien que « avec une forte volatilité ».

En cas d’interruption de l’approvisionnement dans le détroit d’Ormuz, situé entre le golfe d’Oman et le golfe Persique, « il pourrait franchir la barre des 120 à 150 dollars ».

SEVILLA, 20 octobre (CALPA PARIS) –

Le prix du baril de pétrole Brent oscillera entre 85 et 95 dollars à court terme, c’est-à-dire jusqu’à la fin de l’année, même s’il sera soumis à une « forte volatilité pouvant entraîner des écarts occasionnels par rapport à cette fourchette ». Ces prévisions sont dues à la possible implication de l’Iran dans le conflit israélo-palestinien, ainsi qu’aux futurs mouvements que l’OPEP+ et l’Arabie saoudite pourraient prendre en réaction à cet événement et aux réajustements continus de l’économie américaine, selon les experts de la société de conseil en énergie Tempos Energía.

Pour Antonio Aceituno, PDG de Tempos Energía, « la récente attaque du groupe islamiste palestinien Hamas contre Israël représente l’un des risques géopolitiques les plus importants pour le marché du pétrole brut depuis la guerre en Ukraine ».

Contrairement à la Russie, « Israël a une production énergétique très modeste, mais dans ce cas, il y a un risque que la guerre s’étende aux principaux producteurs d’énergie du Moyen-Orient et qu’elle affecte les flux de pétrole et de gaz, qui représentent un tiers et un cinquième du commerce mondial », a-t-il souligné.

SANCTIONS AMÉRICAINES

Toutefois, l’expert a expliqué que « la réaction des marchés a été modeste, le nouveau prix du pétrole brut se situant en dessous du récent maximum de 97,69 dollars le baril ». « Une hausse qui trouve également une de ses causes dans la mesure prise par les Etats-Unis d’imposer les premières sanctions aux propriétaires de pétroliers transportant du pétrole russe à un coût supérieur au prix maximum de 60 dollars fixé par le G7 lui-même », a souligné M. Aceituno.

A lire aussi  ERC et Junts Junts interrogent la ministre Raquel Sánchez au Congrès sur la situation des Rodalies en Catalogne

De même, le directeur général de Tempos Energía a ajouté, comme autre raison de la timide hausse du Brent, que « la consommation d’essence dans le pays nord-américain continue d’osciller autour des niveaux les plus bas de 2008, ce qui signifie que les contrats à terme sont fixés au niveau le plus bas depuis décembre 2022, provoquant ainsi un contrepoids clair à l’augmentation des prix ».

Le cabinet de conseil en énergie a également placé au centre de son analyse l’Iran,  » dont les flux augmentent et sont devenus la deuxième source d’approvisionnement supplémentaire du marché maritime mondial cette année « , alors que ses exportations sont passées de 1,35 milliard de barils par jour en avril à un pic de 1,79 million en août, le plus élevé depuis novembre 2019.

« En tant que tel, le renforcement des sanctions américaines contre Téhéran menacerait l’approvisionnement en brut et entraînerait une hausse des prix de l’énergie à l’échelle mondiale et nationale, ce que le président Joe Biden souhaite probablement éviter avant les élections de 2024 », a déclaré Aceituno.

Compte tenu de tout ce qui précède, la société nationale de conseil en énergie s’est voulue prudente, étant donné qu’en ce qui concerne le principal acteur de l’équation, l’Iran, « il n’y a pas de preuve, ni de preuve tangible, de sa participation à l’attaque du Hamas contre Israël, ce qui atténue temporairement les craintes de voir les États-Unis durcir les sanctions contre le pays ».

En outre, ils affirment que les marchés « sont mieux équipés qu’ils ne l’ont été lors des crises précédentes ». « Par exemple, l’Arabie saoudite et ses alliés de l’OPEP+ disposent, compte tenu des réductions qu’ils mettent en œuvre, d’une capacité de réserve de quatre milliards de barils par jour, soit environ 4 % de l’offre mondiale.

A lire aussi  Le prix de l'électricité chute de près de 50 % ce dimanche, à 52,31 euros/MWh.

Dans le même ordre d’idées, M. Aceituno a souligné que « le scénario le plus probable est que les hostilités se limitent en grande partie à Gaza et à Israël, ce qui pourrait s’étendre au Liban et à la Syrie, ce qui entraînerait une volatilité des prix et, dans le pire des cas, une perturbation du détroit d’Ormuz serait envisagée, une action qui porterait gravement atteinte aux alliés de l’Iran ».

« Si ce qui précède devait se produire, le Brent disposerait de suffisamment d’outils pour franchir la barre des 120, voire des 150 dollars le baril, même si cela commencerait rapidement à nuire à l’économie mondiale. » « Un événement qui serait le produit d’une inflation plus élevée, poussant ainsi la Réserve fédérale vers un resserrement monétaire et une baisse conséquente du Brent en dessous du niveau de 95 dollars le baril », conclut l’expert.

Auteur/autrice