Tubos Reunidos affiche un bénéfice net de 54 millions d’euros au mois de juin, soit 52 millions de plus que l’année précédente.

Chiffre d’affaires en hausse de 36% à 333 millions, mais prévoit des commandes « insuffisantes » dans les mois à venir

BILBAO, 28 (CALPA PARIS)

Le groupe Tubos Reunidos a clôturé le premier semestre de l’année avec un bénéfice net de 54,5 millions, soit 52 millions de plus que pour la même période de l’année précédente, et a averti qu’il avait des perspectives « insuffisantes » de nouvelles commandes pour les mois à venir.

Au cours de la période analysée, le chiffre d’affaires de l’entreprise a atteint 333 millions d’euros, soit une augmentation de 36 % par rapport aux 244 millions du premier semestre 2022, ce qui représente déjà une amélioration par rapport aux années précédentes.

Cette augmentation est principalement due aux prix élevés atteints par le marché au cours des derniers mois de 2022, qui se sont traduits par un chiffre d’affaires et des commandes au cours du semestre.

Le groupe a souligné que la « bonne évolution » des ventes s’est accompagnée d’une maîtrise des coûts qui, avec les actions d’efficacité envisagées dans le Plan stratégique, a permis d’atteindre des marges « exceptionnelles » de 26%, historiques pour l’entreprise.

L’Ebitda de la société s’élève à 87 millions d’euros, soit 72 millions de plus que pour la même période de l’année précédente, et génère 22 millions d’euros de plus en seulement six mois par rapport à l’ensemble de l’année précédente.

BÉNÉFICE NET

Entre-temps, le bénéfice net s’est élevé à 54,5 millions d’euros au 30 juin 2023, soit 52 millions d’euros de plus que pour la même période de l’exercice précédent, et 11 millions d’euros de plus que pour l’ensemble de l’exercice 2022.

A lire aussi  Isidro Rubiales remplace Manuel Menéndez au poste d'administrateur délégué d'Unicaja Banco

D’autre part, Tubos Reunidos a poursuivi son désendettement et la génération positive de trésorerie lui a permis de réduire la dette financière nette de 16 millions d’euros à 277 millions d’euros, avec une position de trésorerie et d’équivalents de trésorerie de 104 millions d’euros.

Le ratio de la dette financière nette sur l’EBITDA s’est amélioré pour atteindre 3,1x, et le ratio de la dette financière nette sur l’EBITDA pour les 12 derniers mois s’est amélioré pour atteindre 2,1x, un ratio « nettement amélioré » et conforme au plan stratégique.

Le carnet de commandes à la fin du premier semestre s’élevait à 151 millions d’euros en raison de la « paralysie » des marchés européens et américains en particulier, résultant d’une offre excédentaire suite aux niveaux de prix élevés de ces derniers mois.

Selon lui, cette situation est « temporaire » et il pense que dans les prochains mois « l’équilibre entre l’offre et la demande » se réajustera. Comme il l’a souligné, au 30 juin, le portefeuille par secteur est « plus équilibré », mais les commandes reçues sont « insuffisantes » pour les mois à venir, ce qui rend « impossible » à court terme de remplir la capacité de production de l’usine de petits tubes d’Amurrio. C’est pourquoi le groupe a demandé une ERTE pour des raisons de production dans cette usine.

En ce qui concerne son Plan stratégique, la société souligne « l’effort réalisé » dans l’exécution des investissements envisagés, avec un volume exécuté de 16 millions d’euros au cours de la période.

Parmi les actions en cours, les travaux visant à concentrer les processus de coulée des aciéries de Trápaga et d’Amurrio dans cette dernière, ce qui permettra de produire des billettes et des lingots dans la même installation, la matière première pour la fabrication de tubes de différents diamètres et compositions, se distinguent par leur impact sur la réalisation des objectifs du plan.

A lire aussi  Le prix de l'électricité augmente de 3 % ce dimanche pour atteindre 113,17 euros/MWh

Tubos Reunidos a souligné qu’au cours des six derniers mois, des « progrès considérables » ont été réalisés dans les travaux de la nouvelle aciérie, avec l’achèvement de la structure du hall, l’achèvement des assemblages, la construction de la fosse de coulée et les premiers essais à froid. Au cours du second semestre, les premières coulées de lingots devraient être réalisées et le transfert de l’ensemble de la production de lingots de l’usine de Sestao devrait être entrepris progressivement.

De même, d’autres mesures d’investissement ont été lancées pour « améliorer l’efficacité » des usines ou augmenter la capacité de production. Plus précisément, les capacités de traitement thermique et de filetage de l’usine américaine sont en train d’être augmentées afin de pouvoir répondre à la demande de tubes traités dans ce pays.

L’entreprise entreprend également des investissements liés à l’efficacité énergétique, à la mobilité et à la réduction de l’empreinte carbone, conformément aux engagements du groupe en matière de développement durable.

CHIFFRE D’AFFAIRES PAR ZONE GÉOGRAPHIQUE

En termes de ventes, l’Amérique du Nord est le principal marché du Groupe par zone géographique, représentant 52% du total, bien qu’elle ait montré une « tendance à la baisse » au cours du premier semestre de l’année.

Le deuxième marché le plus important est l’Union européenne, avec 23% du total et une croissance de 13% par rapport au premier semestre 2022.

Tubos Reunidos a souligné la « forte croissance » des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique qui, bien qu’ils ne représentent que 3% du chiffre d’affaires, ont augmenté de 174%, renforçant ainsi la stratégie de diversification géographique et de produits.

A lire aussi  Les signatures de prêts hypothécaires ont chuté de 18,3 % en avril et le taux d'intérêt moyen dépasse désormais 3 %.

Par secteur, la croissance des ventes s’est concentrée sur l’amont (OCTG), qui représente 38% du chiffre d’affaires total, avec une augmentation de 104% par rapport au S1 2022, et le midstream, avec une augmentation de 51%.

En revanche, un  » certain affaiblissement  » des pipelines à application mécano-industrielle et un maintien des ventes en aval sont perçus malgré le fait que de nombreux projets sont en attente de réactivation dans un contexte de taux d’intérêt élevés.

L’entreprise, qui a rappelé l’achèvement de la négociation et de la signature des conventions collectives pour les usines d’Amurrio et de Trápaga, valables de 2022 à 2027, a évoqué la décision de Francisco Irazusta Rodríguez de démissionner volontairement de ses fonctions de président exécutif et de membre de son conseil d’administration, à compter du 31 août 2023, pour relever « un nouveau défi professionnel dans une entreprise internationale en dehors de l’Espagne ».

À cet égard, il a précisé que, conformément aux dispositions des statuts et du règlement du conseil d’administration de Tubos Reunidos, à partir du 31 août 2023, date à laquelle Irazusta cessera d’exercer ses fonctions, et en attendant la nomination d’un nouveau président non exécutif du conseil d’administration, le vice-président, Emilio Ybarra Aznar, assumera temporairement les fonctions de la présidence.

Carlos López de las Heras continuera à diriger la première ligne exécutive en tant que PDG, « une fonction qu’il a occupée avec succès » au cours des dernières étapes de l’entreprise.

Auteur/autrice