Urbas inaugure la gare centrale de San Antonio et l’extension de la ligne rouge avec le président de la Bolivie

Les deux infrastructures font partie du train métropolitain de Cochabamba, qu’Urbas est en train de construire avec un budget de près de 419 millions d’euros.

MADRID, 13 sept (CALPA PARIS) –

Le président-directeur général d’Urbas, Juan Antonio Acedo, a accompagné le président de la Bolivie, Luis Arce, lors de l’inauguration de l’extension et de la rénovation de la gare centrale historique de Cochabamba à San Antonio, et de l’extension de la ligne rouge.

Le gouverneur de Cochabamba, Humberto Sánchez, et le ministre des travaux publics, Edgar Montaño, entre autres autorités, ont également assisté à l’événement.

Après la mise en service du train métropolitain de Cochabamba, Urbas continue de respecter scrupuleusement les étapes de construction de ce projet ferroviaire majeur en Bolivie, déjà considéré comme l’une de ses plus grandes infrastructures et comme le premier train électrique du pays.

Les deux infrastructures font partie du « mégaprojet » ferroviaire réalisé par Urbas en Bolivie avec un budget de près de 450 millions de dollars (418,8 millions d’euros au taux de change actuel), avec un degré d’avancement de plus de 90%.

En plus des lignes rouge et verte, déjà opérationnelles, il y a 42 kilomètres de voie unique électrifiée et 43 nouvelles gares. Le projet est complété par 7 kilomètres de voies supplémentaires (auxiliaires, embranchements et raccordements), ainsi que par les ateliers et dépôts correspondants.

L’ensemble du tracé est en surface, avec la construction d’éléments singuliers associés aux structures ou aux ponts, 8 au total, dont le plus grand, de 104 mètres, sur la rivière Viloma.

Concrètement, l’agrandissement et la rénovation de la gare de San Antonio, après près de 30 ans d’inactivité, permettent de récupérer un bâtiment classé « Patrimoine ferroviaire bâti » en raison de sa valeur historique et de ses caractéristiques architecturales. En même temps, elle contribuera à la régénération de la ville et à son développement socio-économique, car elle est située dans une enclave commerciale stratégique comme La Cancha.

A lire aussi  Le BOE publie la loi sur le logement, qui entrera en vigueur ce vendredi.

Cochabamba est ainsi devenu le premier département du pays sud-américain à disposer d’un système de transport ferroviaire moderne, sûr, efficace et durable.

« Urbas continue de consolider sa position de référence en matière d’infrastructures avancées et durables, ainsi qu’en matière de haute technologie ferroviaire à l’échelle internationale, grâce à l’utilisation et à l’application de processus innovants et efficaces dans la construction de mégaprojets qui requièrent une grande spécialisation et une grande expérience », a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

Le nouveau métro, conçu pour desservir plus d’un million de personnes, a été déclaré « dans l’intérêt du niveau central de l’État » en 2015 afin de réduire le chaos du trafic et la pollution de l’environnement grâce à un système ferroviaire électrique et durable.

Le contrat clé en main comprend la conception et la construction, ainsi que le soutien opérationnel pour les trois premières années d’exploitation.

Le département de Cochabamba jouit d’une situation géographique stratégique qui en fait le cœur de la Bolivie et est, avec Santa Cruz et La Paz, l’une des villes où la croissance démographique est la plus forte.

C’est ce qu’explique le président de la société cotée en bourse, qui souligne que ce « mégaprojet » ferroviaire « est un grand défi pour Cochabamba, mais aussi pour Urbas, car il nous permet de capitaliser sur notre expérience dans la construction de grandes infrastructures qui exigent une grande spécialisation et expérience et l’application de processus novateurs et efficaces. Et tout cela avec la satisfaction de contribuer à la modernisation de la Bolivie et à son développement socio-économique », a-t-il souligné.

LE MARCHÉ EXTÉRIEUR CONTRIBUERA À 50 % DES RECETTES

Urbas poursuit ainsi sa projection internationale. L’entreprise se tourne vers l’étranger pour consolider sa croissance, en se concentrant sur la consolidation de l’activité internationale de ses entreprises, principalement dans les verticales « infrastructure et bâtiment » et « énergie et industrie », et sur des marchés tels que l’eau, le gaz, les énergies renouvelables et les infrastructures durables, avec un accent plus marqué sur les travaux de génie civil. Les revenus internationaux devraient représenter plus de 50 % du total.

A lire aussi  Le gouvernement approuve la loi sur la parité, qui oblige l'Ibex à compter 40 % de femmes parmi ses administrateurs d'ici à 2024.

L’expérience internationale d’Urbas couvre plus de 20 pays, avec un positionnement international « très pertinent » en Espagne et au Portugal, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique, et des projets importants tels que l’usine d’hydrogène vert Atome au Paraguay, le train de Cochabamba en Bolivie, le complexe commercial et de bureaux à Dubaï, et l’ambassade d’Allemagne à Alger.

Auteur/autrice