Une ferme verticale dévoilée pour cultiver des plantes et réduire la consommation d’eau dans des climats extrêmes

Une ferme verticale a été présentée à la Cop28 par une entreprise britannique afin d’aider les agriculteurs du Moyen-Orient à cultiver leurs terres et à réduire leur consommation d’eau.

La « gigafarm », lancée par le groupe d’entreprises ReFarm en collaboration avec Intelligent Growth Solutions (IGS), basée à Édimbourg, peut produire plus de 3 000 tonnes de produits par an et sera construite à Dubaï.

La ferme combine des centaines de tours de croissance de 12 mètres capables d’entretenir deux milliards de plantes chaque année avec un système de recyclage des déchets alimentaires organiques.

Le site de 87 000 mètres carrés, qui devrait être pleinement fonctionnel d’ici 2026, soutiendra l’évolution des Émirats arabes unis vers la décarbonisation de la production alimentaire, en remplaçant 1 % des importations de produits frais du pays, et serait 98 % plus économe en eau que la culture en plein champ.

La ferme verticale permet de cultiver plus de 250 variétés de plantes, de semis et de jeunes pousses, allant des salades aux légumes en passant par les herbes et les légumes à feuilles.

Les déchets alimentaires seront recyclés sur place par les larves de la mouche soldat noire, et les sous-produits comprendront du compost organique utilisé dans les pratiques agricoles traditionnelles, des aliments pour animaux pour remplacer les farines de poisson et l’huile de soja non durables, et de l’eau pour les tours d’agriculture verticale.

A lire aussi  Dans les coulisses de la Cop28, avec un négociateur dont la survie de la nation est en jeu.

Les technologies mises en œuvre sur le site permettront également de récupérer jusqu’à 90 % du sulfate d’ammoniaque contenu dans les eaux usées pour l’utiliser dans les engrais végétaux.

ReFarm, basée à Dubaï et créée aux Émirats arabes unis par SSK Enterprise et Christof Global Impact, utilise les déchets alimentaires pour fabriquer un engrais et un sol qui peuvent aider les cultures à pousser dans des climats extrêmes comme celui du Moyen-Orient, et IGS s’est associée à elle pour construire la ferme verticale.

Oliver Christof, directeur général de Christof Global Impact, a déclaré : « Nous transformons les déchets alimentaires de nos clients en trois produits : de l’eau, du compost organique ou de l’engrais, et de la nourriture pour animaux.

Il précise que le compost ou l’engrais sera utilisé par les exploitations agricoles locales pour produire diverses cultures.

Il a ajouté : « L’eau que nous produisons à partir des déchets alimentaires est utilisée dans une tour de croissance verticale ou une ferme verticale, de sorte que nous n’utilisons pas du tout d’eau douce.

« Tout est extrait à 100 % des déchets, puis nous cultivons dans cette tour de croissance divers produits qui sont plus difficiles à cultiver dans ce climat extérieur ou en plein air.

« La région utilise également beaucoup d’eau dessalée, ce qui n’est pas durable. Moins nous en utilisons, mieux c’est pour l’environnement. Nos technologies prennent en charge tous ces éléments. L’une d’entre elles permet de réduire l’utilisation de l’eau de 80 % ou plus.

Dave Scott, fondateur d’IGS, a déclaré : « L’un des grands avantages de ces machines est qu’elles ne sont pas confrontées au monde extérieur et que les extrêmes sont de plus en plus fréquents.

A lire aussi  Le monde a ajouté 50 % d'énergie propre en 2023 par rapport aux 12 mois précédents

« Toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie alimentaire peuvent entraîner un gaspillage considérable, qu’il s’agisse de la production des aliments, de leur transport ou de leur arrivée dans notre réfrigérateur lorsque nous les achetons.

« Toutes ces fluctuations peuvent être considérablement réduites en utilisant les technologies que vous avez vues aujourd’hui.

Auteur/autrice