Rubiales, après l’arrêt du TAS : « Ceux qui devraient garantir la séparation des pouvoirs font pression sur moi ».

Dans le communiqué, le président de la RFEF, suspendu 90 jours par la FIFA, assure qu’il continue à « faire confiance à l’indépendance des instances où cette question devrait être réglée, malgré le fait que la pression politique et celle de certains médias soient aussi intéressées que brutales« .

« Au nom du féminisme, on ne devrait pas essayer de faire tomber un homme – ou une femme – sans un procès équitable. L’égalité, c’est l’égalité des droits pour tous », insiste Rubiales dans une déclaration où il continue à défendre sa version du baiser de Jennifer Hermoso : « Nous ne devons pas essayer de faire tomber un homme – ou une femme – sans un procès équitable.Un acte mutuel et consensuel, fruit d’un grand enthousiasme.. A aucun moment il n’y a eu d’agression, ni même la moindre gêne, mais une joie débordante chez l’un comme chez l’autre.

Déclaration de Rubiales

« Le 20 août, j’ai commis des erreurs évidentes que je regrette sincèrement et de tout cœur. Il est vrai que je me suis excusé pour ces erreurs parce que c’était juste ; et maintenant je le fais à nouveau avec humilité. Je le fais avec conviction et dans le but de m’améliorer.

J’ai appris qu’aussi grande que soit la joie et aussi profonde que soit l’émotion, même quand on GAGNE UNE COUPE DU MONDE, les dirigeants sportifs doivent exiger de nous un comportement exemplaire, et le mien ne l’a pas été.

C’est pourquoi je réitère, une fois de plus, mes excuses aux joueurs, à la fédération et aux autres instances du football, de manière claire, catégorique et sans réserve. Je m’adresse également aux supporters et à tous ceux qui ont pu être offensés par mes actions.

A lire aussi  Grève de la Ligue F : Pas d'accord en Ligue F : les parties doivent se rencontrer à nouveau mercredi

J’ai également donné les explications correspondantes, en disant la vérité sur ce qui s’est passé. C’est ma seule version, celle que j’ai maintenue depuis le début, que je continue à défendre et que je ne changerai pas.

La spontanéité et la joie du moment historique nous ont amenés à réaliser un acte mutuel et consensuel, fruit d’un grand enthousiasme. À aucun moment, il n’y a eu la moindre agression, le moindre malaise, mais une joie débordante chez l’un et l’autre. Je répète : avec le consentement des deux parties, tant dans les étreintes affectueuses que dans le sommet et les adieux ultérieurs, pleins de gestes mutuels affectueux, qui ont eu lieu sur l’estrade où les médailles ont été remises.

Des preuves pertinentes, des rapports d’experts, de la documentation, des vidéos, etc. ont été et continueront d’être fournis pour prouver la réalité de ce qui s’est passé. Les preuves ne sont pas des opinions, mais des faits clairs.

Dès le début, la RFEF, par l’intermédiaire de son département INTEGRITÉ, a mis en œuvre les procédures nécessaires. J’ai été appelé et j’ai collaboré à la clarification des faits. Je suis la partie la plus intéressée. Je continuerai à coopérer à tous les niveaux pour que cette affaire soit menée à son terme. À cet égard, j’ai également pris part à la procédure engagée par la FIFA pour défendre ma position. Et je continuerai dans tous les autres domaines où je peux prouver mon intégrité.

Je suis particulièrement préoccupé par le fait que certains de ceux qui devraient proclamer et contribuer à garantir la séparation des pouvoirs dans notre pays sont déterminés à prendre parti et à exercer des pressions contre moi, au lieu de laisser la justice agir avec toutes les garanties, en se tenant à l’écart.

A lire aussi  Ilaix Moriba proche de signer pour Getafe

Pendant toute cette période, j’ai subi un lynchage politique et médiatique sans précédent dont je suis resté totalement à l’écart. Non seulement au niveau national, mais aussi au niveau mondial. Malgré cela, j’ai senti le soutien croissant des gens dans la rue et sur les réseaux sociaux. J’ai le sentiment que quelque chose a changé et que, face à une injustice fallacieuse et à un procès public, des citoyens ordinaires, hommes et femmes, se sont unis. Je veux les remercier ici et maintenant. C’est le moment de les remercier infiniment pour leur immense soutien, pour m’avoir cru, pour ne pas s’être laissé emporter par cette campagne montée de toutes pièces contre moi. Ce soutien populaire me conforte dans l’idée que cette affaire a été amplifiée et sortie de son contexte pour d’autres raisons.

Je continue à faire confiance à l’indépendance des instances où cette affaire doit être réglée, malgré le fait que les pressions politiques et médiatiques soient aussi intéressées que brutales et que les informations sur cette affaire fassent l’objet d’une multitude de manipulations, de mensonges et de censures, mais la vérité n’a qu’un seul chemin et c’est pourquoi, je le répète, j’ai confiance que justice sera faite.

Aujourd’hui, le TAS a décidé d’ouvrir une procédure à mon encontre. Comme il n’y a aucune raison, selon la résolution de cet organe, de classer une action comme TRÈS GRAVE, une suspension provisoire ne peut pas être appliquée par le Conseil d’administration de la CSD.

Je continuerai à me défendre pour démontrer la vérité. Je veux envoyer un message à toutes les bonnes personnes dans notre pays et au-delà de nos frontières, y compris les femmes qui ont été réellement agressées et qui ont mon soutien et ma compréhension totale : ce n’est pas une question de genre, c’est une question de vérité.

A lire aussi  Le Barça ne supporte pas sa peine à Vallecas

Au nom du féminisme, on ne devrait pas essayer de faire tomber un homme – ou une femme – sans un procès équitable. L’égalité, c’est l’égalité des droits pour tous. La justice s’applique aux personnes sans que le sexe ne doive marquer le résultat à l’avance.

J’ai le sentiment d’avoir été jugé injustement par les médias et les hommes politiques. Cela ne devrait plus jamais arriver à personne.

Auteur/autrice