Acciona conçoit un plan de décarbonisation pour une île isolée à la demande de l’UE

MADRID, 12 juil. (CALPA PARIS) –

Acciona a conçu le Plan de développement durable intégré 2023-2032 pour l’île Rodrigues, une île isolée de l’océan Indien située à 560 kilomètres de l’île Maurice, afin d’établir une feuille de route qui combine la protection de la biodiversité et de l’environnement avec le progrès durable.

L’étude a été commandée par l’Union européenne, qui la finance dans le cadre de sa politique de soutien à la résilience et à la protection des ressources naturelles dans les zones vulnérables, conjointement avec Cowi, Cye Consult, Poseidon et Suez.

L’île Rodrigues est un exemple de Petits Etats Insulaires en Développement (PEID), reconnus par les Nations Unies comme des territoires spéciaux en raison de leur petite taille, ce qui génère une pression sur les ressources et des limitations en termes de diversification économique.

L’étude de consultance fait une première analyse initiale des aspects environnementaux, sociaux et économiques de l’île sous le prisme des Objectifs de Développement Durable (ODD), résultant en l’identification de lignes d’action prioritaires dans des secteurs stratégiques pour répondre aux principales lacunes détectées et un ensemble d’actions concrètes pour les mettre en œuvre.

Les lignes d’action prioritaires sont la protection de la diversité et des ressources naturelles ; la gestion intégrée et efficace et le développement du cycle de l’eau ; les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique pour l’autosuffisance ; les mesures d’atténuation et d’adaptation au changement climatique ; le développement socio-économique pour la croissance et l’emploi ; l’agriculture, le tourisme et l’économie marine durables ; l’innovation, la numérisation et l’infrastructure pour le progrès ; et un cadre de gestion politique et de financement basé sur des références de durabilité.

A lire aussi  Ferrovial, Salesforce et NTT DATA collaborent à la numérisation des infrastructures

Ainsi, près de 200 actions se concrétisent progressivement, avec des mesures telles que le développement d’une chaîne de valeur ajoutée pour le miel ou le citron vert, la création d’un fonds de microfinance ou encore un schéma d’aménagement du territoire à vocation touristique et des tactiques de gestion publique et de régulation.

Auteur/autrice