Atxurra (Petronor) déclare que l’investissement de Repsol sera mis en attente jusqu’à ce qu’il y ait une stabilité réglementaire.

Il est favorable à un gouvernement stable qui génère un large consensus face au défi de se positionner dans le développement technologique industriel européen.

BILBAO, 30 oct. (CALPA PARIS) –

Le président de Petronor et directeur de Repsol, Emiliano López Atxurra, a assuré que le PDG de l’entreprise énergétique, Josu Jon Imaz, « n’a jamais » dit qu’ils quitteraient l’Espagne, mais il considère que leurs investissements « doivent être mis en attente » s’il n’y a pas de cadre réglementaire « stable et prévisible ».

Après avoir rejeté la « discrimination » fiscale et la pénalisation du « pétrole & gaz » « sur des bases techniques incorrectes en termes de transition énergétique et sur des bases plus idéologiques », il a opté pour un gouvernement stable qui génère un « large consensus » car « le véritable défi » sera de se positionner dans le développement technologique industriel européen.

Il a ainsi fait référence aux déclarations d’Imaz, jeudi dernier, dans lesquelles il avertissait que l’extension de l’impôt sur les entreprises énergétiques pourrait mettre en péril leurs investissements en Espagne.

Dans une interview accordée à Radio Euskadi et rapportée par Europa Press, M. Atxurra a déclaré que les paroles de Josu Jon Imaz étaient celles du conseil d’administration de l’entreprise. « Il s’agit d’une communication à double signal. D’une part, celui de notre engagement commercial en Espagne, c’est-à-dire qu’il n’a jamais été dit que nous allions quitter l’Espagne. D’autre part, notre avertissement selon lequel, en l’absence d’un cadre réglementaire stable et prévisible, conforme à d’autres cadres réglementaires dans notre environnement européen, les investissements devront être mis en attente », a-t-il ajouté.

Interrogé sur le fait que certains des investissements qu’il a mentionnés sont liés au Pays basque, il a souligné qu’à l’heure actuelle, les investissements qui ont été approuvés et qui sont liés au carburant synthétique et à l’hydrogène, tant les 2,5 mégawatts que les 10 mégawatts, sont consolidés et sont actuellement en cours de matérialisation.

« En outre, le combustible synthétique est une centrale de démonstration qui démontrera sa fiabilité, sa sécurité et sa faisabilité sur le marché. Cela signifie logiquement que cette usine de démonstration sera ensuite traduite en une usine industrielle. Cette installation industrielle sera logiquement en stand-by car nous devrons mettre en œuvre un investissement industriel dans un environnement réglementaire non seulement favorable, mais aussi prévisible », a-t-il souligné.

A lire aussi  Les nuitées dans les hébergements non hôteliers ont augmenté de 13,8 % jusqu'en mai, dépassant celles de 2019

Après avoir précisé qu’il n’aime pas parler d' »environnements réglementaires amicaux », mais plutôt « prévisibles et adaptés » à l’environnement économique, industriel et politique, « qui est l’Europe », Emiliano López Atxurra a indiqué que « ce qui n’est pas consolidé, c’est l’investissement de 100 mégawatts, qui est lié à l’usine d’hydrogène associée ».
directement associée à l’activité de la raffinerie ». « C’est ce qui est actuellement en attente », a-t-il fait remarquer.

IMPÔTS

Selon lui, « les impôts sont un atout important pour le bien-être des citoyens » et sont donc « nécessaires », mais il a souligné que « les impôts et leur perception nécessitent également une optimisation de la gestion publique, ainsi que de l’efficacité et de l’efficience des services publics ».

À cet égard, il a expliqué que Petronor, à elle seule, entre 2019 et 2022, a payé 3 000 millions d’euros d’impôts au Trésor provincial de Biscaye et 2 000 millions d’euros à l’Agence fiscale de l’Administration générale de l’État.

Selon lui, ce qu’ils proposent, d’un point de vue fiscal, c’est la « non-discrimination ». « Et cela signifie que vous ne pouvez pas, pour une situation spécifique, proposer un régime fiscal exceptionnel en dehors du cadre réglementaire conventionnel pour l’approbation des impôts », a-t-il déclaré.

Il considère également que « l’approche fiscale », dans son cas, « axée uniquement sur le « pétrole et le gaz », est discriminatoire car elle ne tient pas compte de ce qu’est notre secteur, qui est en transition et dans un cadre libre ».

« Nous ne devons pas oublier que l’approche énergétique repose sur les axes suivants : les ressources naturelles, qui se trouvent sur le marché mondial libre ; la technologie, qui nécessite beaucoup d’innovation et d’investissement ; et les technologies de l’information et de la communication.
les processus industriels, qui nécessitent également beaucoup d’investissements et la matérialisation de l’activité industrielle », a-t-il déclaré.

A lire aussi  Le secteur des snacks et apéritifs clôture l'année 2022 avec une croissance historique de 10,2% malgré l'inflation

M. López Atxurra a expliqué que les trois axes  » sont soumis, non pas à des avantages tombant du ciel, mais régulés par le marché mondial « , et a estimé que  » vous ne pouvez pas pénaliser, parce que vous diabolisez le pétrole & le gaz « .

« Oil &amp ; gas, et nous en particulier, avons lancé, et nous avons dit au marché – et le marché nous examine, les analystes nous examinent -, depuis décembre 2019, que nous avons l’objectif de zéro émission nette en 2050, et nous investissons, nous nous développons et nous nous transformons. C’est pourquoi nous avons lancé l’approche de l’hydrogène, l’approche des carburants synthétiques, l’approche de l’énergie renouvelable, donc, en tant qu’entreprise multi-énergie », a-t-il déclaré.

PÉNALISATION POUR DES RAISONS IDÉOLOGIQUES

Le président de Petronor et directeur de Repsol ne croit pas que « cette pénalisation du ‘oil &amp ; gas’ sur des bases techniques incorrectes en termes de transition énergétique et sur des bases plus idéologiques » soit « pertinente ».

Dans cette ligne, il a défendu qu’il devrait y avoir une « adaptation aux changements parce qu’ils sont de survie, mais cela doit être fait avec rigueur et, surtout, sans préjugés ». « C’est ce qui nous préoccupe, car nous agissons avec des préjugés », a-t-il déclaré.

À la question de savoir s’il est d’accord avec le président de la CEOE, Antonio Garamendi, qui a qualifié de « populistes » les mesures que le PSOE et Sumar ont l’intention de mettre en œuvre, il a répondu qu’il n’osait pas dire « qu’elles sont populistes », parce qu’il aimait « juste » utiliser le concept de populisme.

« Ce que je dis après avoir lu cet accord, c’est qu’il s’agit d’une approche excessivement liée à ‘nous allons pousser’. C’est la même chose que ce qui a été dit dans la loi sur le changement climatique. Si l’impulsion n’est pas traduite en une stratégie technologique et industrielle, il s’agit d’une matérialisation dans le vide de ce que nous voulons faire », a-t-il averti.

A lire aussi  La transition écologique alloue 10,8 millions d'euros à 20 entreprises pour la modernisation de leur flotte

C’est pourquoi il a souligné que « tout projet qui n’est pas matérialisé dans une stratégie technologique industrielle, et qui se manifeste dans un domaine réglementaire d’incitation et d’adaptation, n’a pas de sens ».

« Les mots sont emportés par le vent et nous avons des milliers et des milliers de powerpoints sur ce type de questions. Il manque la stratégie industrielle, car les questions énergétiques ne sont pas des questions idéologiques au sens démagogique du terme, mais des questions de matérialité technologique et industrielle et d’équilibre stable des différentes fonctions que la nature nous donne », a-t-il précisé.

À titre d’exemple, il a déclaré que « l’équilibre naturel, en termes d’eau, de sécurité alimentaire, est également lié à la sécurité énergétique et, pour cette raison, l’incitation technologique est claire ». C’est pourquoi il préconise que « l’on parle moins et que l’on s’accorde davantage sur l’opportunité que représente l’Espagne en termes de technologie et d’industrie dans le cadre de la transition énergétique ». « C’est là le véritable défi », a-t-il déclaré.

SCÉNARIO POLITIQUE

En ce qui concerne le scénario politique, il a souligné que les entreprises ont besoin d’un « cadre stable » car « sans stabilité, il n’y a pas d’avenir, pas d’investissement et pas de stratégie ». « Je suis fondamentalement préoccupé par le fait que nous avons besoin de stabilité et d’un large consensus, parce que dans la période 24-29, après les élections au Parlement européen, notre position dans le développement technologique industriel européen et notre position dans les institutions de l’UE est en jeu », a-t-il averti.

C’est pourquoi il a souligné que « la stabilité est nécessaire, et cette stabilité implique un large consensus ». A la question de savoir si Pedro Sánchez pouvait y parvenir, il a répondu que « en ce moment, elle doit être assurée par quiconque est capable de générer un large consensus ».

Auteur/autrice