Bruxelles autorise sous conditions le rachat de VMware par Broadcom

BRUXELLES, 12 juil. (CALPA PARIS) –

La Commission européenne a donné mercredi son feu vert au fabricant américain de circuits intégrés Broadcom pour le rachat de l’éditeur de logiciels de cloud computing VMware, mais a subordonné son approbation au respect par Broadcom de tous ses engagements visant à garantir aux concurrents l’accès aux interfaces et au code source des cartes à fibres optiques.

L’affaire remonte à décembre de l’année dernière, lorsque l’exécutif européen a lancé une enquête approfondie parce qu’il craignait que l’opération ne nuise au secteur en restreignant la concurrence sur le marché de certains composants interopérables avec le logiciel VMware.

Broadcom est une société de matériel informatique qui propose, entre autres, des cartes réseau (NIC), des cartes réseau à fibres optiques (FC HBA) et des adaptateurs de stockage, mais qui a commencé à se développer dans le domaine des logiciels, en particulier pour les applications de sécurité et les ordinateurs centraux.

Les services de la CE craignaient qu’avec l’achat de VMware, Broadcom ne gagne en intérêt et en capacité d’évincer le seul rival sur le marché des fournisseurs d’adaptateurs de réseau à fibre optique, Marvell, parce qu’il pourrait restreindre ou dégrader l’interopérabilité entre le logiciel de virtualisation de serveurs de VMware et le matériel de Marwell, sapant ainsi la présence de ce dernier sur un marché où Broadcom jouit d’une position « très forte ».

Pour répondre aux préoccupations de Bruxelles et obtenir le feu vert, Boradcom s’est engagé à garantir aux tiers l’accès aux interfaces d’application d’interopérabilité ainsi qu’au matériel, aux outils et à l’assistance technique nécessaires au développement et à la certification des adaptateurs de bus hôte FC d’autrui.

A lire aussi  Isidro Rubiales remplace Manuel Menéndez au poste d'administrateur délégué d'Unicaja Banco

Un autre engagement concerne l’accès au code source de tous les pilotes HBA FC actuels et futurs de Broadcom par le biais d’une licence open source irrévocable, ce qui permettra effectivement à Marvell ou à d’autres participants d’interopérer avec le logiciel de virtualisation de serveurs de VMware et de réutiliser et de modifier les pilotes de Broadcom pour leur propre usage.

Auteur/autrice