Enagás prévoit d’actualiser son plan stratégique au cours du premier semestre de l’année prochaine

MADRID, 26 juil. (CALPA PARIS) –

Enagás prévoit d’actualiser son plan stratégique au cours du premier semestre 2024, une fois qu’elle aura une meilleure visibilité sur l’avancement des projets du corridor H2Med – le grand corridor vert de l’hydrogène en Europe qui reliera la péninsule ibérique à la ville française de Marseille – et du réseau dorsal espagnol de l’hydrogène.

Lors d’une conférence avec des analystes pour présenter les résultats du premier semestre, le PDG d’Enagás, Arturo Gonzalo, a déclaré que  » si tout se passe comme prévu et comme cela semble être le cas jusqu’à présent « , l’objectif étant que l’approbation finale des projets se cristallise par le biais d’un acte délégué de la Commission européenne en novembre, cette mise à jour de la  » feuille de route  » et des projections de l’entreprise aurait lieu au cours du premier semestre 2024.

Il faudra pour cela que ces projets soient finalement intégrés au plan d’infrastructure européen et à la liste des projets d’intérêt commun (PCI), ce qui permettra d’aborder la mise à jour du plan stratégique et « d’informer le marché des mesures jugées nécessaires pour traiter ce futur projet, ce futur cycle d’investissement », a-t-il déclaré.

« Nous pensons qu’il serait prématuré de le faire maintenant, mais il ne fait aucun doute que la société surveillera l’avancement des projets en gardant à l’esprit que, dans tous les cas, l’investissement ne devrait pas commencer à une échelle pertinente avant 2026 et au-delà », a-t-il ajouté.

Il y a un an, le groupe a annoncé un nouveau cycle d’investissement, dans le cadre de sa « feuille de route » pour la période 2022-2030, qui pourrait s’élever à 4.755 millions d’euros jusqu’en 2030 si l’on inclut les projets d’interconnexion du « RepowerUE Plan » auxquels le groupe pourrait participer et qui se trouvaient alors dans la phase de proposition et d’approbation.

A lire aussi  Enagás estime que la sentence arbitrale contre l'État péruvien pour le SPG sera rendue en septembre.

L’avancement de ces infrastructures nécessitera donc d’actualiser ces chiffres et de maintenir le plan de rémunération des actionnaires fixé jusqu’en 2026 – avec une augmentation de 1% en 2022 et 2023 et le maintien des 1,74 euros par action jusqu’en 2026.

En ce qui concerne une éventuelle modification de la rémunération des actionnaires dans le cadre de cette mise à jour de la « feuille de route », M. Gonzalo a estimé qu’elle ne devrait pas varier, étant donné qu’Enagás se trouve dans une position « encore plus forte » que l’année dernière, lorsqu’elle a lancé son plan stratégique, dans son engagement à maintenir sa notation, sa capacité d’investissement et la rémunération de ses actionnaires.

LES INVESTISSEMENTS DOIVENT ÊTRE PAYÉS PAR « CEUX QUI EN BÉNÉFICIENT ».

Quant à savoir qui doit payer les investissements dans ces infrastructures de promotion de l’hydrogène renouvelable sur le Vieux Continent, qui pourraient s’élever à 4,6 milliards d’euros, il a indiqué qu' »ils doivent toujours être payés par ceux qui en bénéficient ».

« Sachant qu’il s’agit également d’infrastructures considérées comme stratégiques pour l’articulation d’un marché intérieur de l’énergie en Europe, car elles bénéficient également d’aides publiques », a-t-il ajouté, estimant qu’entre 30 et 50 % du « capex » peut être reçu en tant qu’aide européenne.

« Ce qui n’est pas couvert par les subventions européennes devrait l’être par les bénéficiaires finaux. Et dans le cas de nos infrastructures d’interconnexion internationales, les bénéficiaires finaux seront les grands consommateurs d’hydrogène vert dans le cœur industriel de l’Europe et, de manière très significative, l’industrie allemande », a-t-il ajouté.

A lire aussi  Iberdrola rachète 206,36 millions d'actions propres pour réduire son capital de 154,77 millions d'euros

Ce qu’il a précisé, c’est qu’un éventuel changement de gouvernement après les élections du 23 juillet ne devrait pas modifier l’engagement de l’Espagne en faveur de l’hydrogène vert, car les deux principaux partis politiques espagnols « ont montré un soutien très fort à l’hydrogène vert et un soutien très fort à l’Espagne en tant que réseau international de l’hydrogène vert ».

Il a également souligné qu’une présentation du « mégaprojet » H2MED aura lieu à Berlin en octobre, « avec une large présence et participation des différents acteurs de la chaîne de valeur de l’hydrogène en Allemagne, y compris, d’ailleurs, le gouvernement allemand qui soutient clairement ce projet ».

D’autre part, M. Gonzalo a également prévu pour la future mise à jour du plan stratégique de l’entreprise une éventuelle révision des prévisions de dividendes à recevoir de sa participation américaine Tallgrass, qui s’attaquera à des projets de décarbonisation tels que Trailblazer, pionnier aux États-Unis en matière de transport de CO2.

« Selon cette première estimation préliminaire, nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire de modifier nos prévisions de dividendes futurs. Si, lorsque les projets seront développés en détail et que les plans financiers pour les projets seront achevés, il est nécessaire d’apporter des changements, ce sera à nouveau dans le cadre de l’examen stratégique au premier semestre de l’année prochaine, lorsque nous envisagerons cela dans un cadre général de révision de nos projections », a-t-il déclaré.

UNE RÉMUNÉRATION QUI TIENT COMPTE DE L’INFLATION OU DE L’AUGMENTATION DES TAUX.

En ce qui concerne l’examen réglementaire pour la période 2026, l’exécutif a déclaré que la société est en « contact constant et structuré à tous les niveaux avec le régulateur ».

A lire aussi  L'AIReF anticipe un ralentissement économique au second semestre et une perte de dynamisme de l'emploi

À cet égard, il a insisté sur le fait que l’objectif d’Enagás est que le régulateur prenne en compte le fait que, comme c’est le cas pour d’autres GRT européens, le modèle réglementaire doit intégrer les révisions de la rémunération  » dues à l’inflation ou aux augmentations des taux d’intérêt « , a-t-il ajouté.

« Je pense que le régulateur est parfaitement conscient de cette situation. Et, bien, nous essayons d’avoir raison dans nos arguments juridiques et techniques et, en même temps, de faire nos devoirs avec un plan d’efficacité pour contenir les coûts opérationnels et financiers qui, je crois, est exemplaire et inégalé en Europe », a-t-il souligné.

LE NOUVEAU GOUVERNEMENT PÉRUVIEN EST PRÊT À ALLER DE L’AVANT.

En ce qui concerne la sentence arbitrale contre le Pérou pour l’arrêt du gazoduc sud péruvien (GSP), qui devrait être connue cette année à partir de septembre, Gonzalo a indiqué que des contacts sont maintenus avec le nouveau gouvernement du pays sud-américain.

« Nous pensons que le nouveau gouvernement péruvien fait preuve d’une volonté sans équivoque d’aller de l’avant » dans la résolution des différends qui ont été ouverts dans le passé, a-t-il déclaré.

Auteur/autrice