Heineken et Engie inaugurent la plus grande centrale solaire thermique industrielle d’Europe à Séville

MAIRENA DEL ALCOR (SEVILLE), 30 sept (CALPA PARIS) –

Heineken España et Engie España ont construit la plus grande centrale solaire thermique à usage industriel d’Europe, une innovation tout à fait pionnière dans notre pays que le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a voulu connaître de première main en assistant à la cérémonie d’inauguration qui s’est déroulée ce samedi à Séville, en présence également d’Etienne Strijp, président de Heineken España, de Carmen Ponce, directrice des relations avec les entreprises et du développement durable de la brasserie, et de Loreto Ordóñez, directeur général d’Engie España.

D’une capacité de 30 MW, d’une capacité de stockage de 68 MWh et d’une superficie de huit hectares, cette installation construite sur le terrain de l’usine Heineken España à Séville pour son propre approvisionnement devrait réduire sa consommation de gaz fossile de plus de 60 %, permettant à la brasserie de réduire son empreinte carbone de près de 7 000 tonnes de CO2e par an (un poids équivalent à celui de la Tour Eiffel). De plus, elle utilise le soleil, une source d’énergie renouvelable, illimitée et sans émission, comme matière première pour chauffer et refroidir l’eau en circuit fermé.

D’ici à la fin 2024, l’usine devrait fonctionner avec 84 % d’énergie renouvelable (électrique et thermique). La nouvelle centrale solaire thermique, qui est déjà en service, combine pour la première fois des concepts thermodynamiques et la technologie CSP (Concentrated Solar Power) dans une même installation. Il s’agit d’une innovation technologique totalement novatrice qui accroît la fiabilité et la disponibilité de l’énergie en doublant la capacité de production d’eau surchauffée à usage industriel. En outre, l’utilisation de l’eau comme fluide caloporteur permet d’éviter l’emploi d’huiles synthétiques potentiellement nocives pour l’environnement.

A lire aussi  Les prix industriels ont encore baissé en avril, à 4,5 %, et sont négatifs pour le deuxième mois consécutif.

« Chez Heineken, nous avons été les premiers à introduire le développement durable dans l’industrie brassicole il y a plus de vingt ans. Aujourd’hui, nous le faisons à nouveau, main dans la main avec Engie, avec un projet totalement innovant qui place l’Espagne en position de leader dans la transition vers les énergies renouvelables. Grâce à cette nouvelle centrale solaire thermique, nous brassons et embouteillons dans cette usine des bières à base d’énergies renouvelables. Des bières qui contribuent également à créer de la valeur ajoutée, à soutenir le tissu économique et l’environnement de cette région qui nous est si chère », a déclaré Etienne Strijp, président de Heineken Espagne.

Loreto Ordóñez, PDG d’Engie Espagne, a expliqué :  » Avec l’exécution et la construction de cette usine, nous soulignons une fois de plus l’engagement d’Engie envers nos clients industriels, en mettant à leur disposition nos capacités techniques et notre équipe de professionnels pour rendre viables les alternatives en matière d’énergie durable et renouvelable. Nous remercions Heineken España de nous avoir fait confiance pour ce projet, qui leur permet déjà d’obtenir une énergie plus propre et plus efficace dans leurs processus de production ».

La construction de l’usine a été réalisée en un temps record de douze mois, dépassant les prévisions initiales du projet, qui avaient presque doublé cette période. De plus, l’assemblage a été réalisé par des entreprises 100% andalouses, avec un total de 150 000 heures de travail, soit 18 750 jours de travail (plus de 51 ans de travail pour une personne).

Avec un investissement de 21 millions d’euros développé dans un partenariat public-privé impliquant Engie España, Heineken España et les administrations publiques nationales, régionales et locales, le projet est cofinancé par le Fonds européen de développement régional (FEDER) et géré par l’Institut pour la diversification et l’économie d’énergie (IDEA).

A lire aussi  Boeing choisit RTX pour le projet Sustainable Flight Demonstrator X-66A de la NASA

L’alliance entre Heineken España et Engie España est établie par le biais d’un ATR (Accord d’Achat Thermique) dans lequel la brasserie paie l’énergie consommée et fournit le terrain. Pour sa part, Engie s’engage à fournir de l’énergie entièrement renouvelable à un prix convenu à l’avance et, au terme des 20 ans de l’accord, la centrale thermique solaire deviendra la propriété de Heineken.

Ce projet pourrait être reproduit dans toute autre industrie qui répond aux exigences et a besoin de chaleur pour ses processus, sans générer de CO2. En outre, il favorise les alliances pour promouvoir un engagement collectif et positionner l’Espagne comme un pays pionnier dans la mise en œuvre de ces initiatives clés pour la mise en œuvre du programme mondial de réduction des émissions.

À peine un an et demi après avoir présenté ses ambitions en matière de développement durable pour 2025, dans le cadre du programme Decidedly Heineken, la brasserie a déjà réalisé des progrès significatifs vers son objectif de décarbonisation de ses usines d’ici à 2025. D’ici la fin de l’année, son objectif est que 50 % de l’énergie qu’elle utilise provienne de sources renouvelables, grâce aux centrales solaires thermiques de ses usines de Séville et de Valence, à la centrale photovoltaïque d’El Andévalo (Huelva), à la production de biogaz dans ses quatre usines et à la chaudière à biomasse de son usine de Jaén. En 2024, l’entreprise prévoit d’atteindre 62 % d’énergie renouvelable, lorsque les centrales solaires thermiques fonctionneront à plein régime.

Ces initiatives s’ajoutent à l’ambition globale de Heineken d’atteindre une consommation nette nulle d’ici 2040. En outre, l’initiative Science Based Targets (SBTi) a récemment approuvé les objectifs globaux de zéro émission nette dans la production et dans l’ensemble de la chaîne de valeur, faisant de Heineken le premier brasseur au monde à franchir cette étape.

A lire aussi  Le prix de l'électricité augmente de 7,7 % jeudi et atteint 113,96 euros/MWh, son niveau le plus élevé du mois.

Auteur/autrice