James Briggs (Janus Henderson) : « Un atterrissage en douceur de l’économie est plausible ».

MADRID, 30 sept (CALPA PARIS) –

James Briggs, responsable des titres à revenu fixe chez Janus Henderson, a estimé cette semaine dans une interview accordée à Europa Press que la possibilité d’un « atterrissage en douceur de l’économie est plausible », bien qu’il continue de penser que le risque de récession est « très élevé », un scénario dans lequel le mélange de taux d’intérêt et d’obligations de la dette révèle des perspectives intéressantes.

Briggs, qui a plus de vingt ans d’expérience dans le secteur financier, est diplômé en philosophie de l’University College London, une discipline qui pourrait sembler éloignée du monde de l’économie, mais Briggs lui-même a affirmé qu’elle n’était pas « si éloignée », car son travail consiste à s’assurer que toutes les décisions s’appuient sur une base solide de pensée et de logique.

Partant de ce principe, M. Briggs souligne, dans sa vision des perspectives de l’économie et du marché, que le cycle de hausse des taux d’intérêt est « largement terminé » et note que les banques centrales des États-Unis, de la zone euro et du Royaume-Uni ont probablement déjà procédé à leurs dernières hausses de taux, de sorte que ceux-ci se situeraient désormais en moyenne entre 4 % et 5,5 %.

PERSPECTIVES « ENCOURAGEANTES » POUR LES TITRES À REVENU FIXE

La période actuelle est donc positive et les perspectives « encourageantes » pour les revenus fixes après une performance « vraiment médiocre » ces dernières années, tandis que l’inflation, l’élément à battre par les banques centrales, revient vers son objectif, bien qu’avec de la rigidité et de la volatilité en cours de route.

A lire aussi  Les entreprises spécialisées dans les technologies de l'eau demandent une révision "illimitée" des prix

« Le plus grand risque pour nous réside dans les perspectives de croissance », a déclaré l’économiste britannique qui, bien qu’il évoque un atterrissage en douceur de l’économie, notamment en raison des performances de l’économie américaine, met également en garde contre des épisodes de fragilité et de volatilité, compte tenu de ce qui s’est passé lors de la crise bancaire de mars dernier – en raison de l’effondrement de la Silicon Valley Bank – ou de la volatilité de l’année dernière au Royaume-Uni en raison de l’échec des plans fiscaux du gouvernement de Liz Truss, pour lequel elle a dû démissionner.

« Nous ne savons pas exactement quel sera le catalyseur de la prochaine phase de volatilité », a fait remarquer M. Briggs, en rappelant l’importance des décalages de plus d’un an dans l’effet des politiques des banques centrales, ce que le marché ne semble pas prendre en compte dans la même mesure.

Néanmoins, Briggs a souligné qu’à l’horizon 2024, dès que la croissance économique commencera à ralentir, les banques centrales commenceront à baisser leurs taux, mais que cela ne conduira pas à un scénario comme celui d’avant la pandémie, marqué par des taux d’intérêt négatifs, et il précise qu’ils pourraient revenir de manière équilibrée et à long terme à un niveau d’environ 2,5 %.

AUGMENTER LA PART DES ACTIFS À REVENU FIXE

En ce qui concerne la manière de gérer les portefeuilles dans cet environnement de marché, James pense que la proportion d’actifs à revenu fixe devrait être augmentée à l’heure actuelle, une déclaration qui est en accord avec le volume d’afflux de titres de créance observés sur les marchés, car ils offrent maintenant des rendements réels qui n’ont pas été vus depuis vingt ans.

A lire aussi  M. González (CES) estime que les fonds européens n'atteignent pas l'économie réelle avec "la fluidité et l'efficacité souhaitées".

Briggs se concentre en particulier sur la dette de « très haute qualité et de courte durée », donnant l’exemple d’actifs « tels que les bons du Trésor à six mois et les secteurs du marché qui n’ont pas de volatilité en fonction de l’évolution des taux d’intérêt ».

« À notre avis, étant donné que nous avons probablement vu le pic des taux d’intérêt pour ce cycle, et étant donné que cela se traduit généralement par des rendements positifs pour les obligations d’État et compte tenu de l’écart de valorisation, nous pensons que c’est le bon moment pour déplacer une partie de l’allocation des actions vers les titres à revenu fixe », a déclaré le gestionnaire de portefeuille d’obligations d’entreprise.

En termes de sélection sectorielle, Briggs privilégie la technologie, en raison de ses perspectives et de son potentiel de croissance structurelle, et il précise que ce n’est pas seulement pour les éléments actuellement en vogue tels que l’intelligence artificielle (IA) ou la fabrication de puces, mais aussi en termes cycliques.

Le secteur bancaire serait un autre secteur à suivre, bien qu’avec des différences : Briggs prédit qu’après les épisodes de mars, il y aura plus de faillites d’entités régionales aux États-Unis, en particulier celles qui sont plus exposées au secteur immobilier ; cependant, il a souligné que le crédit aux entreprises – « là où réside vraiment la valeur des banques » – offre de bonnes valorisations.

Il a ajouté qu’il était également nécessaire de s’intéresser à la qualité supérieure, aux « grands champions, les JP Morgan du monde », car ils sont mieux à même de résister à la volatilité.

A lire aussi  CaixaBank clôture le premier semestre avec 3.500 renouvellements d'hypothèques à taux fixe

En revanche, il a cité des secteurs tels que l’automobile, la chimie et les télécommunications, qui nécessitent un « montant énorme » de dépenses en capital alors que, dans le même temps, les revenus diminuent, comme étant des secteurs plus hésitants.

En ce qui concerne les perspectives des différents pays, M. Briggs estime que celles de l’Espagne sont « relativement favorables », mais il rappelle que les pays périphériques de la zone euro doivent être vigilants en ce qui concerne la viabilité de la dette et les déficits budgétaires.

Les inquiétudes s’étendent également au cœur de l’Europe, car les performances de l’économie allemande dépendent largement de ses relations commerciales avec la Chine, tandis qu’en France, certaines entreprises ont un endettement élevé qui pourrait constituer un revers.

Auteur/autrice