La transition énergétique est essentielle pour l’industrie européenne et la stabilité financière, selon la BCE, la BEI et l’AIE

MADRID, 29 sept. (CALPA PARIS) –

La Banque centrale européenne (BCE), la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont appelé vendredi les dirigeants des pays européens, le secteur financier et l’industrie à mettre en œuvre une transition énergétique propre qui soit « équitable, rapide et qui préserve la compétitivité ».

S’adressant à la plénière d’une conférence à Paris, Christine Lagarde (BCE), Werner Hoyer (BEI) et Fatih Birol (AIE) ont appelé à un financement accru pour soutenir « une transition ordonnée » et se positionner parmi d’autres poids lourds de l’industrie dans la nouvelle économie.

« La transition verte est un défi politique particulièrement complexe, car les enjeux sont importants en cas d’échec, et même dans ce cas, la route vers le succès est très sinueuse », a déclaré Mme Lagarde, qui a ajouté qu’il était important de « promouvoir le marché financier vert » qui réduit les risques et les coûts de ce type d’investissement.

Pour parvenir à des émissions nettes nulles d’ici 2050, l’AIE prévoit que l’UE devra augmenter « considérablement » ses investissements dans les énergies « vertes » d’ici 2030. De même, les tests de résistance au changement climatique publiés par la BCE il y a environ trois semaines indiquaient déjà que l’impact économique négatif de la transition verte serait d’autant plus faible qu’elle commencerait tôt.

« L’hiver dernier, j’ai souligné que l’Europe avait besoin d’un nouveau plan directeur industriel pour ne pas se laisser distancer par les autres économies avancées. Malgré son vaste marché intérieur, sa main-d’œuvre qualifiée et ses activités de recherche et de développement de premier plan, nous n’avons pas encore vu comment l’Europe mettra en œuvre ses ambitions », a souligné M. Birol.

A lire aussi  Un système de billetterie anti-fraude remporte le concours organisé par Santander à l'intention des étudiants universitaires

M. Birol a évoqué le désavantage concurrentiel de l’industrie européenne dû aux prix comparativement élevés de l’énergie et à l’absence de politiques industrielles et de sécurité de l’approvisionnement, telles que celles mises en place dans des pays comme les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Japon ou la Corée du Sud.

Ainsi, l’accélération de la transition écologique « permettra à l’Europe de limiter sa dépendance vis-à-vis des principaux producteurs d’énergies fossiles » et d’échapper à la volatilité associée à ces énergies.

A cet égard, la BEI de M. Hoyer a porté son financement des projets d’énergie propre à des « niveaux sans précédent », en engageant 45 milliards supplémentaires en plus de ses prêts habituels. L’objectif est que ces investissements publics attirent des capitaux privés vers l’effort de décarbonisation.

« Seuls des investissements massifs et rapides dans les technologies net zéro permettront à l’Europe de rester un lieu attractif pour les entreprises, un lieu où l’innovation prospère, où les nouvelles idées fleurissent et où la richesse et les emplois sont créés », a déclaré M. Hower.

« Il s’agit également d’un défi, car nos industries doivent être promptes à adopter le changement, sous peine d’être laissées pour compte », a-t-il ajouté.

Auteur/autrice