Herrero (AIReF) appelle à une réforme unanime de la loi organique de l’institution : « C’est urgent ».

Il estime que réglementer la portée de l’initiative de l’AIReF pour évaluer l’institution serait « un peu conflictuel et pas simple ».

MADRID, 2 oct. (CALPA PARIS) –

La présidente de l’Autorité indépendante pour la responsabilité fiscale (AIReF), Cristina Herrero, estime « possible » une réforme « unanime » de la loi organique de l’institution, qui donnerait à l’organisme la stabilité et les moyens dont il a besoin.

Dans une interview diffusée par l’institution indépendante, Cristina Herrero a déclaré que l’un des défis de l’organisme est de consolider ce travail d’évaluation par une réforme de la loi organique de l’AIReF afin de doter cette fonction de la stabilité et des moyens dont elle a besoin.

Selon Cristina Herrero, l’accord des parties pour réformer la loi est possible, car l’évaluation est toujours nécessaire, même si dans le cas de l’Espagne il s’agit d’une « question urgente ». « J’aimerais penser que de la même manière que ma nomination a obtenu l’unanimité au Congrès, pourquoi ne pas obtenir l’unanimité pour une réforme de la loi organique de l’AIReF », a-t-elle déclaré.

Mme Herrero a reconnu qu’il serait nécessaire d’aborder certaines questions « controversées et difficiles », telles que l’évaluation qui, jusqu’à présent, a été réalisée sur la base de commissions des administrations publiques, ce qui signifie que l’AIReF n’a pas l’initiative de décider ce qui doit être évalué.

« Et c’est quelque chose qui est critiqué dans la façon dont il est géré à la fois dans les institutions internationales, les institutions européennes et au niveau national », a-t-il admis. M. Herrero estime que réglementer la portée de l’initiative de l’AIReF serait « un peu conflictuel et pas simple ».

DONNER À L’AIREF UNE « INITIATIVE » DANS SON RÔLE DE SUPERVISION

De son point de vue, l’AIReF devrait avoir « une certaine marge d’initiative », avec toutes les garanties et tous les garde-fous, comme dans la mission de contrôle. Il a cependant réitéré sa position selon laquelle l’évaluation ne peut être liée au cycle politique ou dépendre de l’orientation plus ou moins grande des différents gouvernements vers l’évaluation.

A lire aussi  Le gouvernement distribue un pourcentage annuel des captures de poissons à des fins scientifiques

« Cette recherche de stabilité dans le développement de l’évaluation nécessiterait un consensus entre les principaux partis. Je crois que ce consensus devrait aussi aller de pair avec le fait que l’AIReF est la seule institution qui puisse réaliser des évaluations transversales impliquant différents niveaux de gouvernement », a-t-il souligné.

MANDAT LIMITÉ À SIX ANS

Interrogée sur son souhait de prolonger son mandat, la présidente de l’autorité indépendante a déclaré que « personnellement » elle ne trouverait pas mieux que l’AIReF pour son développement professionnel, même si d’un point de vue objectif, elle juge « très positif » que le mandat ne puisse pas être prolongé au-delà de six ans.

En fait, Mme Herrero a souligné que cette condition est l’un des principes qui garantissent l’indépendance de l’institution, ainsi que son mode de financement spécifique – par le biais d’une taxe – et le fait que la nomination du président nécessite une majorité absolue au Congrès pour être nommé. « Le mandat est de six ans et n’est pas prorogeable, ce qui permet de se dissocier du cycle politique », a-t-il expliqué.

Cristina Herrero a été nommée présidente de l’Autorité indépendante pour la responsabilité fiscale (AIReF), après délibération du Conseil des ministres, par décret royal en 2020 avec l’approbation unanime de tous les groupes parlementaires, de sorte qu’en 2023, elle arrive à la moitié de son mandat de six ans en tant que présidente de l’AIReF.

UN ORGANE QUI PEUT S’AVÉRER « INCONFORTABLE » POUR LES PARTIS CONTRÔLÉS

Bien qu’il reconnaisse que l’AIReF puisse être un organisme « inconfortable » pour les parties contrôlées, il pense que les frictions entre le superviseur et les parties contrôlées sont « naturelles et souhaitables », et il envisage l’institution dans quelques années comme un organisme consolidé en tant que référence pour l’analyse objective et indépendante dans le débat fiscal et économique et dans le domaine de l’évaluation. En outre, il pense qu’elle sera un pilier fondamental de la qualité démocratique de l’Espagne.

A lire aussi  M. Brufau (Repsol) estime que l'Europe "ne va pas dans la bonne direction" et pourrait être exclue de l'hégémonie mondiale.

« On dit souvent que la qualité démocratique d’un pays dépend de la qualité de ses institutions. J’aimerais que l’AIReF soit une institution de référence et un pilier fondamental de la qualité institutionnelle et démocratique », conclut-il.

Auteur/autrice