L’automatisation de la logistique améliore l’expérience des utilisateurs et des entreprises, selon Minsait (Indra)

L’entreprise analyse l’impact de l’industrie 4.0 sur le commerce électronique et les avantages de la lettre de voiture numérique.

MADRID, 21 mai (CALPA PARIS) –

L’augmentation du commerce électronique, en particulier après la pandémie, a changé la façon dont les entreprises se rapportent à leurs clients parce que le « niveau de la demande augmente », de sorte que les solutions impliquent des développements technologiques capables d’améliorer l’expérience du client, l’efficacité des processus et la coordination et la visibilité de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, selon le directeur de la chaîne d’approvisionnement de Minsait, une société Indra, Miguel Carrillo.

C’est ce qu’il a déclaré lors de sa participation au salon « Pick &amp ; Pack » qui s’est tenu récemment à Ifema (Madrid), où le dirigeant a souligné que le grand nombre de transactions B2B (services entre entreprises), l’augmentation des B2C (services aux clients), leur volatilité et le besoin d’information sont des facteurs qui « stressent » le processus, de sorte que « la logistique doit se développer pour répondre à ces défis ».

En ce qui concerne les défis liés à la logistique du commerce électronique, M. Carillo a souligné la pression des prix et la nécessité de réduire les coûts pour que les entreprises soient plus compétitives.

Dans ce contexte, M. Carrillo a souligné l’importance d' »aborder des projets d’automatisation » ou de « simplification des processus » pour rendre les entreprises plus compétitives dans ce secteur, étant donné que, selon lui, il s’agit de démarches « que beaucoup d’entreprises n’ont pas encore abordées ».

« Si elles se consacrent au commerce électronique, elles doivent être bien préparées pour avoir une bonne visibilité et un bon contrôle de la chaîne d’approvisionnement » et être ainsi en mesure de « relever les défis posés par le marché », a-t-il expliqué.

A lire aussi  Renfe attribue le défi "Metaverse in mobility" à BIM 6D, qui crée des modèles numériques d'infrastructure.

Selon lui, investir dans la technologie signifie « placer le client au centre » et l’automatisation permet de gérer les stocks en temps réel, un « levier fondamental » pour garantir la disponibilité des produits et éviter les retards dans les expéditions, ce qui permet de « garantir une meilleure expérience à l’utilisateur ».

Dans le même ordre d’idées, M. Carrillo a rappelé que Minsait a récemment acquis l’entreprise Deuser, avec laquelle elle a renforcé sa capacité à offrir à ses clients industriels une véritable convergence IT/OT (technologies de l’information et technologies d’exploitation) dans leur processus de numérisation.

DERNIER MAILLON NUMÉRIQUE DE LA CHAÎNE DE VALEUR

La numérisation de la logistique trouve son dernier représentant dans le bon de livraison et la lettre de voiture numérique, qui permettent de « fermer le cercle et d’automatiser l’ensemble de la chaîne de valeur », a déclaré Pedro de Sande, responsable des écosystèmes B2B chez Minsait, lors de la « X Encuentro Alimarket Logística Gran Consumo » qui s’est tenue dans le cadre du salon Pick &amp ; Pack.

Dans son discours, il a illustré cette situation par un « cas de réussite » de l’entreprise qui permet d’accroître l’efficacité, d’améliorer la traçabilité et d’assurer la fiabilité et l’immédiateté dans les processus de transport des marchandises.

Sur la base du cadre logistique, Minsait a développé un projet « dans le cadre de la réglementation à venir sur la lettre de voiture numérique », prévue pour septembre 2024 et qui « permettra de dématérialiser les documents et d’achever l’automatisation de l’ensemble de la chaîne de valeur ».

A lire aussi  Jorge Escudero, "ex" Coca-Cola, Deoleo et Pascual, nouveau PDG de Nueva Pescanova

Prenant ce règlement comme référence – l’entreprise collabore avec l’Aecoc dans le.
normalisation de l’eCMR-, « une certaine obligation dans le processus a donné une nouvelle dimension à l’eCMR ».
Nous y sommes tous favorables », a-t-il ajouté.

Ainsi, une entreprise de distribution de boissons s’est tournée vers Minsait pour éliminer le papier dans le processus administratif, obtenir des informations en temps réel et éliminer les divergences dans la livraison des marchandises, a-t-il déclaré.

L’entreprise technologique a ainsi développé une innovation qui introduit ces solutions et d’autres, comme « la possibilité d’avoir une traçabilité immédiate par le biais d’un téléphone portable, sans coûts et avec une fiabilité et une sécurité maximales », a souligné M. De Sande.

Grâce à ce dispositif, le transporteur reçoit la demande de service, confirme le contenu du camion, dispose de la documentation nécessaire en cas de demande éventuelle des autorités et livre les marchandises, une opération que le destinataire confirme par sa signature biométrique sur le dispositif mobile avec « toute la validité juridique ».

A ce moment-là – ou lorsqu’il y a une couverture, l’outil fonctionne aussi s’il n’y a pas de connexion – « le client, le fournisseur, le prestataire logistique et tout autre acteur impliqué dans le processus ont accès à toutes les informations générées », a indiqué le responsable de
Ecosystèmes B2B chez Minsait.

« Nous éliminons le processus manuel dans l’échange logistique, nous gagnons en rapidité et nous améliorons la capacité à décider de ce qui se passe dans l’entreprise », a-t-il ajouté.

Auteur/autrice