Le bénéfice de Santander au premier semestre a augmenté de 7 % pour atteindre 5 241 millions d’euros.

L’Espagne est à nouveau le principal marché géographique de la banque en termes de bénéfices, devant les États-Unis, le Brésil et le Royaume-Uni.

MADRID, 26 (CALPA PARIS)

Banco Santander a obtenu un bénéfice attribuable de 5 241 millions d’euros au premier semestre 2023, soit 7% de plus en euros constants et courants qu’au cours de la même période de l’année précédente, a déclaré la banque mercredi.

La banque explique que ce résultat repose sur une « forte croissance » des revenus, notamment en Europe, qui a neutralisé l’augmentation des provisions en Amérique du Nord et du Sud en glissement annuel.

Les revenus ont augmenté de 13 % pour atteindre 28 234 millions d’euros. L’entité précise que la progression a été à deux chiffres dans toutes les activités, à l’exception de l’activité automobile, affectée par la sensibilité négative à la hausse des taux d’intérêt et par la baisse des revenus du leasing aux Etats-Unis.

Les revenus nets d’intérêts ont augmenté de 15% à 20,92 milliards d’euros, grâce à des volumes plus importants dans certains pays, à des taux d’intérêt plus élevés et à la gestion des marges. Par région, et à taux de change constants, il convient de noter la croissance de 32% en Europe, due à la forte sensibilité positive du bilan en euros aux hausses de taux d’intérêt. Dans cette région, les marges en Espagne ont augmenté de 57 %.

Les revenus de commissions ont augmenté de 5 %, grâce aux ventes de produits à valeur ajoutée, en particulier dans les activités globales de la banque (CIB, Wealth Management &amp ; Insurance, PagoNxt et l’activité automobile), qui représentent ensemble 42 % des revenus de commissions.

Du côté des dépenses, la banque explique que la pression inflationniste a entraîné une hausse des coûts de 11 %, bien que le ratio d’efficacité se soit amélioré de 1,3 p.p. par rapport au premier semestre 2022 à 44,2 %, et a augmenté de 0,2 p.p. par rapport au premier trimestre de cette année. Santander a expliqué que ce gain d’efficacité était dû à une amélioration de la productivité et à une réduction de 1% des coûts en termes réels.

A lire aussi  CaixaBank étend la validité de ses cartes de cinq à sept ans afin de réduire l'utilisation du plastique.

Les provisions pour pertes sur prêts ont augmenté de 21% en glissement annuel, bien qu’elles soient restées stables par rapport au trimestre précédent. La croissance en glissement annuel est principalement due à la normalisation aux Etats-Unis après la pandémie, ainsi qu’à des provisions plus élevées au Brésil et à une couverture accrue du portefeuille hypothécaire en francs suisses en Pologne.

Le coût du risque a légèrement augmenté au premier trimestre pour atteindre 1,08% contre 1,05% à la fin du mois de mars, bien qu’il reste inférieur à l’objectif de Santander pour l’ensemble de l’année.

Pour l’Espagne, la banque a déclaré que la qualité du crédit « a continué à s’améliorer », ce qui a conduit à une réduction du coût du risque en glissement annuel, alors qu’il a légèrement augmenté au Royaume-Uni, dans la Digital Consumer Bank et au Mexique.

Le ratio NPL a également légèrement augmenté, passant de 3,05 % à la fin du mois de mars à 3,07 % à la fin du mois de juin.

Santander a souligné que la « force » des résultats se reflétait dans l’augmentation de la rentabilité et de la valeur actionnariale, avec un rendement des capitaux propres tangibles (RoTE) de 14,5%, en hausse de 0,8 p.p. en glissement annuel, et un bénéfice par action (EPS) de 31 centimes d’euro, soit 13% de plus qu’au premier trimestre 2022.

Le ratio de capital CET1  » fully loaded  » a été de 12,2 %, supérieur à l’objectif de capital du groupe, grâce à la génération de capital organique brut qui aurait compensé la charge pour le paiement futur de dividendes en espèces correspondant aux résultats de 2023 et le coût de l’acquisition des intérêts minoritaires de Santander Mexico.

À la fin du deuxième trimestre, le ratio de couverture des liquidités (LCR) du groupe, qui mesure les actifs liquides par rapport aux sorties de trésorerie à court terme prévues dans un scénario de stress, était de 158 %. En juin 2023, le volant de liquidités, composé d’actifs liquides de haute qualité (HQLA), dépassait 300 milliards d’euros, dont plus de 200 milliards d’euros en liquidités, soit l’équivalent de 20 % de la base de dépôts de la banque. Environ 80 % des dépôts des particuliers sont assurés par des systèmes de garantie des dépôts.

A lire aussi  Les actions d'Evergrande s'effondrent en bourse après l'annonce de l'impossibilité d'émettre de nouvelles obligations.

ÉVOLUTION DU CRÉDIT STABLE

Du côté du bilan, Santander indique que les volumes de prêts sont restés stables au cours de la période, avec une croissance de 8 % pour le crédit à la consommation. Elle note également que les augmentations en Amérique du Nord, Amérique du Sud et Digital Consumer Bank ont été compensées par des baisses en Europe, où la demande des entreprises et les remboursements anticipés de prêts hypothécaires ont été moindres.

Les fonds de la clientèle ont augmenté de 4 % pour atteindre 1,13 trillion d’euros, avec une croissance des dépôts de 4 % grâce à l’augmentation des clients de détail et de la BFI.

Le nombre total de clients s’élève à 163,7 millions, en hausse de 6,1 % par rapport à juin 2022, tandis que la banque a atteint 99 millions de clients actifs, soit une augmentation de 2 millions au cours des 12 derniers mois. La banque indique également qu’elle compte 52,5 millions de clients numériques, suite à une augmentation de 5 % en glissement annuel.

Au deuxième trimestre, le bénéfice attribuable a augmenté de 17 % en glissement annuel pour atteindre 2,67 milliards d’euros.

Ana Botín, présidente de Banco Santander, a déclaré que sa banque « fait de bons progrès » dans ses objectifs de simplification de l’entreprise et de mise à profit de ses forces mondiales. Elle a souligné l’augmentation de neuf millions de nouveaux clients au cours des douze derniers mois, qui a conduit à une croissance à deux chiffres des revenus, ainsi que la qualité « solide » du crédit.

« Nous avons continué à améliorer notre rentabilité, avec un rendement des fonds propres tangibles de 14,5 %, et nous avons généré du capital de manière cohérente et organique, atteignant notre objectif de plus de 12 %. Grâce à cette solide performance, nous créons de la valeur pour les actionnaires, avec une valeur comptable tangible plus un dividende en espèces par action en hausse de 11 % en glissement annuel, et nous sommes en bonne voie pour atteindre tous nos objectifs pour 2023 », a-t-il déclaré.

A lire aussi  Bizum dépasse les 50 000 partenaires marchands et plus d'un milliard de volume en septembre.

PERFORMANCE DE L’ENTREPRISE

Par unité d’affaires, le bénéfice attribuable en Europe au premier semestre a augmenté de 40 % pour atteindre 2 536 millions d’euros, grâce à une forte croissance des bénéfices en Espagne, au Royaume-Uni, au Portugal et en Pologne. En Espagne, le bénéfice attribuable a augmenté de 74% pour atteindre 1 132 millions d’euros, tandis qu’au Royaume-Uni, il a augmenté de 16% pour atteindre 818 millions d’euros.

Le bénéfice attribuable en Amérique du Nord a atteint 1 346 millions d’euros, soit une baisse de 19 %. Le Mexique s’est distingué par une hausse de 23% de son bénéfice, tandis que les Etats-Unis ont enregistré une baisse de 39%.

En Amérique du Sud, le bénéfice net attribuable a baissé de 23 % pour atteindre 1 458 millions d’euros, principalement en raison de la baisse des bénéfices au Brésil et au Chili, tandis que l’Argentine, l’Uruguay, le Pérou et la Colombie ont amélioré leurs résultats.

Au Brésil, le bénéfice attribuable s’élève à 823 millions d’euros, en baisse de 40 %, en raison de l’augmentation des coûts liés à l’inflation, d’une baisse des revenus nets d’intérêts due à la sensibilité négative des taux et d’un changement du profil de risque des prêts de la banque en faveur d’actifs de meilleure qualité.

Digital Consumer Bank, qui regroupe les activités de Santander Consumer Finance et Openbank, a généré un bénéfice attribuable de 521 millions d’euros, en baisse de 7%, en raison de la baisse des revenus de commissions et du prélèvement temporaire en Espagne.

Le bénéfice attribuable de Santander CIB a augmenté de 28 % pour atteindre 1 876 millions d’euros, tandis que l’unité Wealth Management &amp ; Insurance a gagné 819 millions d’euros, soit 70 % de plus.

PagoNxt, qui regroupe les activités de paiement de Santander, a enregistré une perte nette de 103 millions d’euros.

Auteur/autrice