Le BNG demande au gouvernement de prolonger les réductions fiscales sur les factures d’électricité

MADRID, 5 oct. (CALPA PARIS) –

La BNG a demandé au gouvernement de coalition de prolonger les différents allègements fiscaux sur les factures d’électricité mis en place suite à la guerre en Ukraine et qui expirent le 31 décembre, ainsi que d’établir un tarif spécial d’électricité pour la Galice en tant que territoire avec un « surplus » d’énergie.

Dans une série de questions écrites au Congrès, recueillies par Europa Press, le député du BNG, Néstor Rego, a averti que la fin des différentes réductions d’impôts « inquiète les consommateurs, en particulier les majorités sociales et les groupes vulnérables ».

Les aides promues dans différents décrets comprennent une réduction temporaire de 5 % de la TVA sur les factures d’électricité et une réduction de l’impôt spécial sur l’électricité, qui est passé de 5,1 % à 0,5 %. Si ces aides prennent fin, le parti galicien estime que les factures des consommateurs pourraient devenir « nettement plus chères », à savoir 7 euros de plus par facture, quel que soit le tarif contracté, qu’il soit libre ou réglementé.

Pour toutes ces raisons, Néstor Rego demande au gouvernement s’il va reconduire ces mesures et s’il envisage même de les rendre définitives et d’appliquer de façon permanente la TVA super-réduite de 4 % pour les produits de première nécessité à l’électricité et aux autres fournitures de base des ménages.

En outre, le député s’intéresse également à la suppression de certains frais et péages sur les factures d’électricité et à l’éventualité d’une réforme « structurelle » du marché de l’électricité, où des formules telles que l’élimination du marché de gros, la nationalisation ou la création d’entreprises publiques d’énergie seraient envisageables. En outre, le BNG s’interroge sur une éventuelle taxe sur les bénéfices des grandes entreprises du secteur de l’énergie.

A lire aussi  M. Guindos estime que 25 points de base est la "nouvelle normalité" dans la "dernière ligne droite" des hausses de taux.

Auteur/autrice