Feníe Energía met en garde contre la « position dominante préoccupante de l’oligopole » sur le marché de l’électricité

MADRID, 5 oct. (CALPA PARIS) –

Feníe Energía a mis en garde contre la « position dominante inquiétante de l’oligopole » sur le marché de l’électricité et a averti des conséquences pour les consommateurs.

Dans un communiqué, le négociant soutient la dernière demande adressée à la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) par l’Association des négociants indépendants en énergie (ACIE), demandant plus de transparence sur les parts de marché détenues par les grandes entreprises de l' »oligopole de l’électricité » et sur la distribution de l’électricité contractée au sein du secteur.

Cette mesure s’ajoute aux revendications déjà formulées par le commercialisateur au cours des derniers mois pour promouvoir la libre concurrence, « comme l’urgence d’organiser le plus rapidement possible la première vente aux enchères d’énergie infra-marginale prévue par la législation et paralysée sine die ».

Feníe Energía souligne que la crise énergétique a renforcé la position dominante des grandes entreprises verticalement intégrées au cours des deux dernières années et signale que, dans ce contexte, la dernière réforme du marché de l’électricité promue par le gouvernement pour lutter contre cette crise et réduire les factures d’électricité « a également eu des effets préjudiciables pour les consommateurs finaux, qui sont désormais plus démunis et divisés en clients de première et de deuxième classe ».

La CNMC a lancé une consultation publique pour obtenir un contrôle accru des opérations d’achat et de vente d’électricité intra-groupe réalisées par les grandes compagnies d’électricité verticalement intégrées. L’objectif, entre autres, est de pouvoir contrôler les conditions avantageuses que ces entreprises dominantes peuvent avoir sur les petits négociants en énergie.

A lire aussi  M. Ribera est confiant dans l'accord visant à réformer le marché de l'électricité de l'UE, malgré des "aspects critiques".

Par ailleurs, ACIE et des négociants comme Feníe Energía ont demandé à l’organisme présidé par Cani Fernández d’actualiser le rapport sur le changement de fournisseur afin de pouvoir radiographier la distribution actuelle de l’électricité contractée dans le secteur.

À cet égard, le négociant indique que le dernier rapport, publié en juillet, fournit des données correspondant au troisième trimestre 2022, avec des chiffres « déjà inquiétants en eux-mêmes quant à la diminution de la libre concurrence ».

Selon les dernières données de la CNMC, depuis le troisième trimestre 2021, les grandes entreprises de l’oligopole ont augmenté leur position dominante de cinq points « provoquant une situation d’asphyxie pour les commercialisateurs qui soutiennent la libre concurrence », ajoute Feníe Energía. Ainsi, les entreprises verticalement intégrées dans les grands groupes sont passées de 75,4 % de la part de marché libre à 80,9 %.

La directrice générale de Feníe Energía, Paula Román, a regretté qu' »après le travail de nombreuses années, la dernière crise énergétique ait à nouveau conduit à une concentration du marché ».

LES « PREMIERS » ET « SECONDS » CONSOMMATEURS.

Feníe Energía rappelle qu’elle a déjà dénoncé à plusieurs reprises le fait que les instruments de couverture du décret-loi royal 17/2021 affectent pleinement les consommateurs espagnols et que les effets de la réglementation actuelle conduisent à la création de consommateurs de « première classe », avec de bons prix de l’énergie, et de consommateurs de « seconde classe », avec des prix beaucoup plus élevés.

À cet égard, il considère que le décret-loi royal a été conçu de manière à ce que l’électricité produite sans consommer de gaz génère des bénéfices extraordinaires et que, grâce à ces frais, la facture d’électricité de tous les consommateurs soit réduite de la même manière.

A lire aussi  Le prix de l'huile d'olive a augmenté de 51 % depuis décembre pour atteindre 9,25 euros, selon Asufin.

Cependant, il estime que les entreprises dominantes vendent plus de 85 % de l’électricité qu’elles produisent sans consommer de gaz à leurs propres négociants à un prix inférieur à celui du marché de gros.

Feníe Energía estime que, de cette manière, « elles évitent ces profits extraordinaires et permettent à leurs propres distributeurs d’utiliser cette énergie bon marché pour attirer de nouveaux clients, en leur proposant des offres très attrayantes à des prix inférieurs à ceux du marché de gros, alors qu’elles n’offrent à leurs anciens clients et au marché que de l’énergie coûteuse provenant d’installations de production d’électricité à partir de gaz ».

« Le marché a beaucoup changé et c’est pourquoi nous demandons des enchères submarginales pour l’énergie, afin de continuer à avoir un marché ouvert avec une libre concurrence. Auparavant, avec des prix stables et des prix plus égaux entre les technologies, il n’était pas si important d’être intégré verticalement. Aujourd’hui, la production dont disposent les grandes entreprises depuis avant la libéralisation du marché et l’utilisation qu’elles en font, qui ne participent pas aux marchés à terme organisés, désavantagent nettement les négociants indépendants », a souligné M. Román.

Auteur/autrice