Le comité de Volkswagen Navarra accepte qu’il n’y ait pas d’usine de batteries et donne la priorité à un accord garantissant l’emploi.

PAMPLONA, 22 sept. (CALPA PARIS) –

Le président du comité d’entreprise de Volkswagen Navarra, Alfredo Morales, a indiqué ce vendredi que « toutes les nouvelles que nous recevons » sont que le groupe automobile n’installera pas d’usine de batteries sur son site de Landaben et qu’il en confiera la fourniture à Hyundai.

« C’est la réalité », a assuré Alfredo Morales, dans des déclarations à Europa Press, suite à une information publiée par le Diario de Navarra qui affirme que l’usine de batteries se trouvera en dehors de Landaben et que le groupe confiera l’approvisionnement à Hyundai.

Le président du comité d’entreprise a assuré que « nous nous concentrons maintenant sur la négociation et l’accord d’une convention collective avec la direction de l’entreprise » qui nous permettra de faire face à « ce marasme que nous allons traverser en 2024 et 2025 – en raison de la baisse du volume des ventes et de la transition vers les véhicules électriques – et de garantir l’employabilité à partir de 2026 ».

Alfredo Morales a reconnu que « l’usine de batteries aurait été très importante pour notre usine et pour notre projet industriel ». « Je pense toujours que c’est une erreur que l’usine soit située à 8 kilomètres de notre usine », a-t-il regretté.

Quoi qu’il en soit, il a insisté sur le fait que « notre objectif est maintenant de garantir l’employabilité pour les années 2024 et 2025 de la manière la plus durable possible », après que la table de négociation de la convention collective a été mise en place jeudi.

Alfredo Morales a expliqué qu’en 2024 et 2025, une « bosse » est attendue en raison de la reconversion de l’usine pour la production de véhicules électriques, qu’il a qualifiée de « positive », et en raison d’une prévision plus faible des volumes de ventes sur le marché, qu’il a qualifiée de « moins positive ».

A lire aussi  Près de la moitié des Espagnols ont souscrit une assurance obsèques, selon l'Unespa

Le président du comité a apprécié le fait que les négociations sur la convention collective aient déjà commencé. « En 2024, il y a déjà une baisse de la production et des mesures doivent être mises en place pour en atténuer l’impact. Les semaines et les jours à venir seront très intenses pour se mettre d’accord sur ce dont nous avons besoin », a-t-il déclaré.

Auteur/autrice