Selon Tempos Energia, le prix du Brent pourrait atteindre 110 dollars cet hiver.

SEVILLE, 22 sept (CALPA PARIS) –

Le prix du baril de pétrole brut de qualité brent a atteint 94,27 dollars ce mois-ci, un chiffre qui est devenu sa valeur annuelle la plus élevée et qui confirme une croissance de 31% (22,39 dollars) depuis juin dernier, lorsqu’il atteignait 71,88 dollars le baril. Selon les experts de la société de conseil en énergie Tempos Energía, les prévisions pour l’hiver indiquent une fourchette comprise entre 85 et 110 dollars.

Pour le directeur général du cabinet de conseil stratégique, Antonio Aceituno, cette forte pente ascendante, qui place le Brent à terme au-dessus de 93 dollars le baril après plus de 14 mois d’absence, est due à une « équation complexe, dans laquelle se conjuguent les différentes situations économiques des pays les plus influents du marché, la baisse de la production de l’OPEP+ et la chute actuelle de l’euro par rapport au dollar ».

Dans ce panorama international, l’économie américaine fait preuve d’une réelle résilience », dessinant « ce qui pourrait être un atterrissage relativement doux, évitant ainsi une récession significative ».

Cela s’explique par des facteurs tels qu’une augmentation de 0,6 % des achats au détail en juillet, une diminution de 13 000 demandes d’allocations de chômage et une activité du secteur des services à son plus haut niveau depuis six mois, ce qui envoie un signal fort au marché que cet acteur est en train de se rétablir.

« C’est la sensation d’être dans le marché le plus serré de la décennie qui stimule le Brent », a déclaré M. Aceituno, qui a rappelé « l’importance de l’annonce de la Russie et de l’Arabie saoudite de réduire la production de 1,3 milliard de barils par jour jusqu’à la fin de l’année » à cet égard.

A lire aussi  La FCC ouvre la période d'acceptation de son auto-IPO du 30 octobre au 30 novembre

Cette tendance à la hausse a également été influencée par l' »optimisme » concernant la demande de la Chine, qui a augmenté de 4,5 % en août par rapport à l’année précédente, en accélération par rapport au taux de 3,7 % observé en juillet, des données qui suggèrent que le géant asiatique « est sur la voie de la reprise ».

Dans ce sens, les experts de la société de conseil en énergie ont souligné que « ces faits se produisent alors que l’euro a baissé par rapport au dollar pendant neuf semaines consécutives, signant ainsi la plus longue série de baisse depuis sa création ». « Cela signifie que l’achat de pétrole brut par l’Europe est devenu de moins en moins compétitif », ont-ils souligné.

Compte tenu de ce qui précède, les marchés sont « littéralement entre les mains de l’OPEP+ et c’est à l’OPEP+ de décider quand elle commencera à libérer du brut, car le cartel vise une pénurie de plus de trois milliards de barils par jour pour le prochain trimestre, soit potentiellement le plus grand déficit depuis plus d’une décennie ».

Selon les experts de Tempos Energia, cette stratégie « menacerait sérieusement la fragile économie mondiale, en déclenchant de nouveaux pics inflationnistes, ce qui freinerait les plans des banques centrales visant à assouplir leur cycle de hausse des taux d’intérêt ».

En ce qui concerne le scénario actuel, le PDG de Tempos Energía a conclu que le pétrole brut a été placé « dans une zone de confort, oscillant autour de 90 dollars le baril, en raison de la décision prise par le principal acteur du marché, l’Arabie saoudite, qui privilégie le prix par rapport au volume ».

A lire aussi  L'inflation de la zone euro s'est ralentie à 5,3% en juillet, au plus bas depuis janvier 2022, mais l'inflation de base reste soutenue

Aceituno estime que « l’élan haussier s’est épuisé pour le moment, car les prix ont déjà internalisé l’éventuel déficit trimestriel qui se profile à l’horizon ».

Pour cette raison, le consultant national en énergie estime que le pétrole brut « a besoin de nouveaux signaux pour poursuivre sa tendance à la hausse », notamment « un hiver vraiment froid, qui permettrait d’atteindre des prix autour de 100 et 110 dollars le baril ».

Cependant, dans un scénario plus contrôlé et en tenant compte des actions immédiates que pourraient entreprendre les pays influents sur ce marché, l’équipe de Tempos a fixé ses prévisions pour le prix du Brent dans une fourchette comprise entre 85 et 110 dollars le baril.

Auteur/autrice