Le Conseil d’administration publie le nouvel accord de consultance, qui prévoit une augmentation salariale de 10 % jusqu’en 2024.

MADRID, 26 juillet (CALPA PARIS) –

Le Journal officiel de l’État (BOE) a publié ce mercredi la XVIIIe convention collective de l’État pour les entreprises de conseil, de technologie de l’information, d’études de marché et d’opinion publique, qui comprend, entre autres, une augmentation salariale de 10 % jusqu’en 2024.

Après sa publication, les entreprises auront deux mois pour rattraper leur retard et se conformer aux dispositions de la nouvelle convention qui s’appliquera à plus de 400 000 travailleurs, a indiqué le syndicat Comisiones Obreras (CCOO) dans un communiqué.

Ainsi, le nouveau texte, qui sera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2024, comprend une augmentation salariale de 5,5% en moyenne pour 2022, rétroactive à partir du 1er juillet, de 2,5% en 2023 et de 2% en 2024, cette dernière devant être appliquée sur les tableaux mis à jour au SMI, selon CCOO.

En outre, un différentiel minimum de 80 euros est convenu entre chaque catégorie professionnelle actualisée, avec la catégorie immédiatement supérieure (et celle-ci avec la suivante et ainsi de suite), après l’ajustement.

Un passage automatique du niveau E2 au niveau E1, avec une augmentation de salaire correspondante, est également prévu après trois ans d’expérience dans le domaine de la programmation.

D’autre part, le préaccord conclu en janvier est inclus, dans lequel la catégorie salariale la plus basse est éliminée, ce qui, ajouté à la mise à jour des tableaux de salaires au nouveau SMI, signifie une augmentation de 33% du salaire minimum reflété dans l’accord.

En outre, une zone de programmation est créée dans l’accord, les indemnités kilométriques et journalières sont augmentées et une compensation minimale de 17 euros par mois pour le télétravail est réglementée.

A lire aussi  La rentabilité des logements s'établit à 7,1 % au deuxième trimestre, selon Idealista

Le secrétaire général de la Fédération des services de CCOO, José María Martínez, a souligné l’importance du soutien des travailleurs dans les résultats de toutes les négociations collectives, car c’est le « dynamisme » de la main-d’œuvre du secteur qui permet d’obtenir des résultats.

Auteur/autrice