Le déficit fiscal de la Catalogne sera de 20,772 milliards en 2020 et de 21,982 milliards en 2021.

Le gouvernement catalan affirme que cela équivaut à 50 % du budget de la Generalitat.

BARCELONE, 18 (CALPA PARIS)

Le gouvernement catalan a fixé le déficit fiscal de la Catalogne avec le secteur public de l’État à 20 772 millions en 2020 et à 21 982 millions en 2021, selon le flux monétaire.

La ministre catalane de l’Économie et des Finances, Natàlia Mas, et la directrice adjointe du financement et de la viabilité financière, Montserrat Bassols, l’ont expliqué ce lundi lors d’une conférence de presse.

Selon les calculs de la Generalitat, ce déficit représente 9,8 % du produit intérieur brut (PIB) catalan en 2020 et 9,6 % du PIB en 2021.

M. Bassols a précisé qu’en 2020, les recettes apportées par la Catalogne – y compris l’imputation du déficit public – ont été de 72 216 millions, soit 19,3 % du total et un maximum historique, et les dépenses reçues ont été de 51 444 millions, soit 13,7 % du total.

En 2021, les recettes s’élèvent à 75 436 millions d’euros, soit 19,2 % du total, et les dépenses à 53 454 millions d’euros, soit 13,6 % du total.

Mas a déclaré que 2020 et 2021 étaient les troisième et quatrième années de la série historique – commencée en 1986 – avec un pourcentage plus élevé que le PIB, et que le déficit par habitant était de 2.831 euros par habitant de la Catalogne.

MANQUE DE TRANSPARENCE

Mas a regretté que « ce n’est pas facile » de faire les calculs, ainsi que la politique d’opacité avec un manque de transparence et de responsabilité de l’Etat, a-t-il dit.

A lire aussi  Amper confirme qu'elle négocie un éventuel projet de stockage d'énergie avec EKS

Il a souligné que le déficit fiscal calculé équivaut à 50 % du budget de la Generalitat pour cette année et à la somme des ressources des départements de la santé, de l’éducation et des droits sociaux.

« Cela signifie une perte de ressources pour tous les habitants de la Catalogne », a-t-il expliqué, et il l’a défini comme « une asphyxie financière durable, injuste et délibérée ».

Le conseiller a décrit la situation comme « une punition pour tous ceux qui vivent en Catalogne » et la somme de plusieurs griefs, dont un modèle de financement « obsolète » et l’absence d’investissement dans les infrastructures.

DES « CHIFFRES SCANDALEUX »

Le conseiller a qualifié ces données de « chiffres scandaleux qui ont été maintenus pendant trop longtemps » et a demandé que les débats sur la fiscalité soient liés au déficit fiscal.

Selon elle, « parler uniquement d’impôts en ignorant ce que les Catalans perdent à travers le déficit fiscal est une tricherie » et elle a assuré que la Catalogne ne se trouve pas dans la tranche d’imposition la plus élevée de tous les chiffres fiscaux, bien qu’elle se trouve dans les tranches d’imposition les plus élevées.

Il a également appelé à une relation bilatérale entre l’État et la Catalogne en termes de financement et a demandé au gouvernement de proposer un nouveau modèle.

Auteur/autrice