Le gaz TTF augmente de 9,56 % au cours de la semaine et clôture à 40 euros/MWh pour la première fois depuis un mois

MADRID, 22 sept. (CALPA PARIS) –

Le prix du gaz naturel TTF pour livraison le mois prochain a clôturé ce vendredi avec une hausse hebdomadaire de 9,56% sur le marché néerlandais, le marché de référence, pour s’établir à 40,1 euros par mégawattheure (MWh), malgré la fin ce matin de la grève partielle des travailleurs du secteur de l’énergie de Chevron en Australie.

Selon les données de marché recueillies par Europa Press, le prix de la matière première a fluctué au cours de la séance de vendredi entre un minimum de 37 euros/MWh à l’ouverture et un maximum de 41,7 euros/MWh au milieu de la séance. Avec la clôture d’aujourd’hui, la matière première clôture pour la première fois en un mois au-dessus de 40 euros/MWh.

Selon Reuters, les syndicats et les dirigeants de Chevron ont accepté les propositions sur les salaires et les conditions de l’arbitre industriel du pays pour les installations de gaz naturel liquéfié (GNL) Gorgon et Wheatstone – qui représentent 7 % de l’approvisionnement mondial en GNL – et les travailleurs ont suspendu les grèves qui ont commencé il y a quinze jours.

Au cours de cette période, la valeur du gaz a augmenté d’environ 30 %, bien que, depuis le début de l’année, la matière première ait accumulé une baisse de 45 % (elle a clôturé l’année 2022 à 74 euros/MwH).

Il y a quinze jours, à l’occasion de la grève, un rapport de la banque privée Julius Baer soulignait que « le rebond des prix sous le coup de l’émotion devrait être de courte durée », et exprimait un point de vue marqué par la prudence et la prévision d’un retour des prix au niveau de 20 euros/MWh.

A lire aussi  Le bitcoin atteint 27 000 dollars après la décision d'un tribunal américain en faveur d'un gestionnaire de crypto-monnaies

Il y a un peu plus d’un an, en août 2022, le gaz TTF a atteint des sommets historiques (plus de 300 euros/MWh) en raison de l’invasion russe de l’Ukraine et de la forte demande des pays européens pour remplir leurs réservoirs de stockage d’hiver.

Auteur/autrice