Vueling et les syndicats conviennent d’un nouvel accord pour le personnel de cabine et les bureaux

La compagnie est « face à une grande opportunité d’investissement ».

BARCELONE, 22 septembre (CALPA PARIS) –

La compagnie aérienne Vueling et les syndicats du personnel de cabine (TCP) et des bureaux sont parvenus à un accord pour la quatrième convention collective.

Selon un communiqué de l’entreprise publié vendredi, les membres du syndicat Stavla ont ratifié le préaccord et ont communiqué les résultats à la table de négociation, qui espère finaliser la rédaction du nouvel accord et le signer dans les semaines à venir.
L’accord couvre 2 300 membres du personnel de cabine et 700 employés de bureau.

Des sources de la compagnie ont expliqué à Europa Press que Vueling est « confrontée à une grande opportunité d’investir dans la flotte, ce qui impliquerait une croissance du personnel navigant et des pilotes » et que, pour cela, elle a besoin de visibilité et d’une structure de coûts à long terme.

La compagnie a également exprimé sa volonté « d’ouvrir une ligne de dialogue constructive » avec les pilotes afin de rechercher des formules communes pour adapter les mécanismes à la situation actuelle.

Vueling a souligné que l’accord avec le personnel de cabine comprend des augmentations salariales consolidées et non consolidées pour 2022 et 2023, ainsi que  » différents aspects  » en termes d’embauche, de régime de travail, de repos et de congés, de mesures de productivité et d’améliorations en termes de conciliation.

AUGMENTATIONS DE SALAIRES

Il comprend une augmentation salariale consolidée de 4,5 % d’ici 2022, un paiement annuel non consolidé de 0,8 % du salaire annuel total pour cette année et une amélioration des conditions de travail d’une valeur équivalente à 1,2 % de la masse salariale.

A lire aussi  Deoleo perd 9,7 millions d'euros au premier semestre suite à une baisse de la consommation d'huile d'olive

D’ici 2023, l’augmentation salariale consolidée sera de 3 %, avec une augmentation possible de 4 %, ainsi qu’un paiement non consolidé pouvant atteindre 1,5 %.

Pour les années suivantes, jusqu’en 2025, elle établit « un régime d’augmentations consolidées et non consolidées liées aux résultats de l’entreprise et à l’augmentation de l’IPC ».

Auteur/autrice