Le gouvernement mobilise 22 000 millions pour l’amélioration de l’irrigation et la numérisation du cycle de l’eau.

MADRID, 11 (CALPA PARIS)

La première vice-présidente et ministre de l’Économie et de la Transformation numérique, Nadia Calviño, a déclaré jeudi que le gouvernement mobilise 22 milliards d’euros pour améliorer l’irrigation et la numérisation du cycle de l’eau.

La vice-présidente a souligné, lors de son discours d’ouverture du deuxième jour du IVe Foro Internacional Expansión, que ces ressources accompagnent le déploiement de mesures supplémentaires pour atténuer l’impact de la sécheresse que subit le pays, qui devrait être approuvé ce jeudi en Conseil des ministres extraordinaire.

Selon le ministre de l’Économie, ce paquet de mesures « apportera un important soutien financier à court terme aux agriculteurs et aux éleveurs les plus touchés par la guerre en Ukraine et la sécheresse ».

Le vice-président a ajouté que, « parallèlement », le gouvernement mobilise les 22 000 millions déjà prévus pour l’irrigation et le Perte del Ciclo del agua. L’objectif est ainsi de continuer à avancer dans des solutions structurelles « qui permettent une meilleure utilisation des ressources hydriques et l’adaptation au changement climatique, dont l’impact est de plus en plus évident ».

LES MESURES EXTRAORDINAIRES DEVRAIENT ÊTRE APPROUVÉES CE JEUDI

Selon des sources de la Moncloa, le Conseil extraordinaire consacré à la sécheresse devrait approuver ce jeudi de nouvelles aides aux agriculteurs d’un montant de 650 millions d’euros et des réductions fiscales de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, qui se traduiront par une ristourne de 1 807 millions en 2023 et de 1 093 millions en 2022 pour plus de 800 000 agriculteurs et éleveurs.

A lire aussi  230 travailleurs meurent dans des accidents du travail jusqu'en avril, soit 10,9% de moins

Le paquet d’aides comprend déjà les mesures de soutien d’un impact de 450 millions d’euros qui découlent du décret d’aide au secteur agricole que le gouvernement a approuvé le 15 mars 2022 en matière fiscale, de travail, sociale et financière.

&#13 ;

De même, 650 millions d’euros d’aides directes extraordinaires ont été prévus et déjà versés aux secteurs de l’élevage, des agrumes et pour alléger le coût des engrais.

Parmi les mesures qui seront approuvées ce jeudi figurent le report des cotisations sociales pour les entreprises et les travailleurs indépendants, ainsi que la réduction du nombre de travailleurs agricoles requis pour bénéficier de la subvention agricole et près de 25 millions d’euros de soutien à la liquidité du secteur par le biais de prêts bonifiés et de garanties.

De même, la contractualisation des assurances agricoles sera encouragée et les aides de la PAC seront assouplies pour faire face à la sécheresse, tandis que les quotas hydrauliques seront réduits et qu’il est prévu d’exonérer certaines exploitations de l’impôt foncier rural.

Le manque de pluie en Espagne continue d’épuiser les réserves des réservoirs, qui ont perdu cette semaine 406 hectomètres cubes, soit 0,7 %, selon le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique, qui précise qu’à l’heure actuelle les réservoirs contiennent 27 417 hectomètres cubes, ce qui signifie qu’ils sont à 48,9 % de leur capacité totale.

Ainsi, à l’heure actuelle, 2023 est la cinquième année où il y a moins d’eau stockée dans les réservoirs depuis que l’on tient des registres. Au cours de la semaine 19 de 1994, les réservoirs étaient pratiquement dans la même situation qu’aujourd’hui, à 48,39 % de leur capacité ; un an plus tôt, en 1993, à 44,58 % ; et même en 1992, ils étaient à 46,48 % de leur capacité totale. Ces quatre années, de 1992 à 1995, ont été celles où l’on a réservé le moins d’eau depuis que l’on tient des registres.

A lire aussi  Raquel Sánchez assure que la Commission européenne a accueilli "positivement" les alternatives aux péages.

Auteur/autrice