Le président de la Fed, M. Powell, n’est pas certain que les taux aient atteint un niveau suffisamment restrictif

Il note qu’il n’est pas encore temps d’envisager le moment où les taux commenceront à baisser.

MADRID, 1 nov. (CALPA PARIS) –

Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a défendu la nécessité pour la banque centrale américaine d’agir avec prudence étant donné l’incertitude entourant la situation économique et jusqu’où elle est allée dans ses décisions d’adopter une politique monétaire restrictive, mais que le banquier a reconnu qu’il ne peut pas encore être sûr qu’elle suffira à ramener l’inflation à 2% de manière durable.

Lors de la conférence de presse suivant la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC) de la Fed, qui a décidé de maintenir les taux d’intérêt dans une fourchette cible de 5,25 % à 5,50 %, au plus haut depuis 2001, le président de la banque centrale américaine a défendu l’idée que l’orientation de la politique monétaire est restrictive et exerce une pression à la baisse sur l’activité économique et l’inflation, bien que les effets ne se soient pas encore pleinement fait sentir.

À cet égard, Powell a réitéré l’engagement de la Fed en faveur d’une politique monétaire suffisamment restrictive pour ramener durablement l’inflation à 2 % au fil du temps.

Cependant, le président de la Fed a averti que, malgré les bonnes données récentes, l’inflation reste bien au-dessus de l’objectif et le marché du travail reste très tendu avec une forte croissance du PIB, malgré les prévisions indiquant un ralentissement.

Powell a donc reconnu que si le comité de la Fed s’est engagé à atteindre une politique monétaire suffisamment stricte pour ramener l’inflation à 2 % au fil du temps, « ils ne sont pas encore convaincus d’avoir atteint cette position ».

A lire aussi  Les fonds communs de placement gagnent 200 000 membres au premier trimestre pour atteindre 16,3 millions d'adhérents

« Nous ne sommes pas sûrs à ce stade d’avoir atteint cette position. Nous ne sommes pas sûrs de l’avoir atteint. Nous ne sommes pas sûrs d’y être parvenus », a-t-il expliqué, soulignant que « compte tenu du chemin parcouru, ainsi que des incertitudes et des risques auxquels nous sommes confrontés, le Comité procède avec prudence ».

Il a donc insisté sur l’importance de prendre une décision sur l’ampleur d’un nouveau resserrement de la politique monétaire et sur la durée pendant laquelle la politique restera restrictive en fonction de l’ensemble des données reçues, de l’évolution des perspectives et de l’équilibre des risques.

Ce faisant, il a averti que la réduction de l’inflation nécessiterait probablement une période de croissance inférieure au potentiel et un certain assouplissement des conditions du marché du travail.

En tout état de cause, dans la perspective de la réunion de décembre et après deux réunions consécutives sans changement de taux, Powell a assuré que l’idée selon laquelle il serait difficile de relever à nouveau les taux après avoir fait une pause pendant une ou plusieurs réunions « n’est tout simplement pas correcte », affirmant que le Comité « fera toujours ce qu’il pense être approprié à ce moment-là ».

En revanche, M. Powell a tenu à préciser que la Fed ne parle pas pour l’instant de baisser les taux, soulignant que les membres du FOMC cherchent encore à savoir si l’orientation adoptée est suffisamment restrictive pour ramener l’inflation à 2 % à terme et de manière durable, après quoi il sera temps d’envisager combien de temps les conditions restrictives seront maintenues.

A lire aussi  Les compagnies de croisière se joignent à la RSB pour promouvoir un transport maritime plus durable

« Ce sera la prochaine question, mais franchement, nous sommes très concentrés sur la première question pour le moment. La question des baisses de taux ne se pose pas car je pense qu’il est très important de répondre à la première question aussi correctement que possible », a-t-il déclaré.

Auteur/autrice